http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2019/02/13/newsbrief-05

2019-02-13

Les combattants britanniques rentrant de la Syrie risquent jusqu'à 10 ans de prison

Les citoyens britanniques ayant passé une période de temps en Syrie risquent l'arrestation et jusqu'à 10 ans en prison à leur retour au pays selon la nouvelle loi antiterroriste approuvée par le parlement, a rapporté l'AFP mercredi 13 février.

Les services de renseignement estiment que des centaines de combattants britanniques en Syrie, avec l'effondrement territorial de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) qui a mis brutalement la lumière sur leur sort.

La nouvelle loi britannique endurcit la législation antérieure qui demandaient que les autorités prouvent que les citoyens rentrant ont été impliqués dans des activités terroristes à l'étranger.

Le ministre de l'Intérieur Sajid Javid aura maintenant le pouvoir de déclarer toute zone à l'extérieur de la Grande-Bretagne une « zone désignée » pour protéger les « membres du public d'un risque de terrorisme ».

La simple visite des dites zones constituera maintenant un crime, exception faite de ceux qui ont « une excuse raisonnable pour entrer ou rester dans la zone désigné ».

Ils comprennent les gens fournissant l'aide humanitaire, les forces armées, le personnel de l'ONU, les journalistes et ceux qui assistent à des funérailles ou rendent visite à leurs proches malades.

Les britanniques auront un mois pour quitter la zone après la promulgation de la loi, qui sera probablement dans les prochains mois.

Ils était difficile pour les autorités britanniques de poursuivre en justice ceux qui rentrent en Grande-Bretagne en raison des défis à sécuriser les preuves contre eux pour avoir commis des actes individuels.

Javid a précisé que la nouvelle loi rendrait plus facile « de punir ceux qui ont cherché à nous faire du mal ».

Pendant ce temps, le ministre de la Défense Gavin Williamson a indiqué mercredi qu'il est prêt à faire « tout ce qui est nécessaire » pour neutraliser la menace de l'EIIS, après que les États-Unis avaient suggéré la création d'une nouvelle mission internationale au nord-est de la Syrie.

Aimez-vous cet article?

0
0
Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha