http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2018/11/29/newsbrief-03

2018-11-29

L'ONU veut que la Syrie se justifie des morts et prisonniers de guerre

Mercredi 28 novembre, la Commission d'enquête des Nations unies sur la Syrie a exhorté le Conseil de sécurité à faire pression sur le gouvernement syrien pour qu'il fournisse des informations aux familles sur le sort des personnes disparues ou emprisonnées pendant la guerre de sept ans, a rapporté l'AFP.

Suite à une réunion à huis clos des membres du conseil, le président de la commission a déclaré qu'il était crucial de pousser le gouvernement à rendre un compte complet après qu'il a commencé à publier des avis de décès en mai.

« La question des détenus et des disparus ne doit pas être réglée après la paix, mais c'est le moment d'y penser », a annoncé Paulo Pinheiro, qui dirige la commission créée pour enquêter sur les atteintes aux droits de l'homme pendant la guerre.

En mai, la police militaire et l'armée ont fourni pour la première fois aux bureaux d'état civil du gouvernement des informations sur les personnes décédées, permettant aux familles d'apprendre enfin ce qui est arrivé à leurs proches.

« L'État commence à donner ces informations, mais rien d'autre », a déplore Hanny Megally, membre de la commission.

« Les familles ont le droit de savoir ce qui s'est passé, où se trouvent les corps, et d'obtenir des informations sur eux».

Un organisme international indépendant doit obtenir un accès à tous les lieux de détention pour confirmer qui est encore en vie en prison, a-t-il ajouté.

La commission espère que les membres du conseil, dont la Russie, allié de la Syrie, peuvent encourager le gouvernement de Damas à prendre des mesures pour répondre aux demandes des familles des personnes disparues.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha