2018-10-09

La majorité des armes lourdes retirée de la zone tampon planifiée en Syrie

Les extrémistes et les combattants de l'opposition appuyés par la Turquie dans le dernier principal bastion de l'opposition en Syrie ont retiré une grande partie de leurs armes lourdes d'une zone tampon planifiée avant le délai de mercredi, a rapporté l'AFP mardi 9 octobre.

Le retrait est la première épreuve importante d'un accord négocié par l'allié du gouvernement la Russie et le supporter de l'opposition, la Turquie le mois dernier pour éviter ce dont l'ONU a mis en garde et qui serait des conséquences humanitaires désastreuse d'une offensive majeure du gouvernement.

En vertu de l'accord, toutes les factions auront jusqu'à mercredi pour retirer les armes lourdes d'une zone tampon de 15 à 20 kilomètres, qui entoure la province d'Idlib et les zones adjacentes du nord-ouest.

Et avant lundi, la zone tampon doit être libre de tous les extrémistes, y compris ceux du groupe armé dominant de la région, l'alliance de Tahrir al-Sham.

Les analystes ont prévu qu'Ankara aura un moment difficile à exécuter l'accord du 17 septembre avant mardi, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme disant que le retrait des armes lourdes était presque complet.

« La zone tampon est maintenant presque libre des armes lourdes la veille de l'expiration du délai », a remarqué le chef de l'Observatoire Rami Abdel Rahman.

Tahrir al-Sham et des petites factions extrémistes ont commencé à retirer silencieusement leurs armes lourdes samedi dans un opération qui s'est poursuivi jusqu'à lundi soir, a ajouté l'Observatoire.

Le Front de Libération Nationale pro-Ankara a déclaré qu'il a terminé le retrait de ses armes lundi.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha