2018-10-01

L'opposition syrienne rejette la présence de la Russie dans la zone tampon programmée

Une alliance clé de l'opposition dans la province d'Idlib en Syrie a indiqué qu'elle s'opposait au déploiement des forces russes dans une zone démilitarisée qui sera créée sous un accord turc-russe, a rapporté l'AFP lundi 1 octobre.

L'accord convenu le mois dernier stipule la création d'une zone tampon sous forme de U autour d'Idlib qui serait libre des extrémistes et les armes lourdes.

Le tampon serait patrouillé par les troupes turques et la police militaire russe.

Le Front de Libération Nationale, une forte alliance de l'opposition appuyée par la Turquie, a accueilli avec réserve l'accord mais a soulevé des objections.

« Une longue réunion a été tenue avec notre allié turc sur les éléments de l'accord, et principalement la question de la présence russe dans la zone tampon », a indiqué le porte-parole du FLN Naji Mustafa dimanche soir.

« Nous avons discuté la question, et le FLN a adopté une position claire rejetant ce point », a-t-il affirmé, ajoutant que la Turquie « a promis que cela ne se produirait pas ».

L'accord concernant Idlib a été conclu le 17 septembre par le président russe Vladimir Putin et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

En vertu de l'accord, toutes les factions dans la zone tampon planifiée doivent remettre leurs armes lourdes avant le 10 octobre et les groupes radicaux doivent se retirer avant le 15 octobre.

Idlib se situe sur la frontière avec la Turquie et est détenue par un ensemble complexe de factions rivales de l'opposition et extrémistes, qui compliqueront la création de la zone tampon selon les observateurs.

La majeure partie du territoire où la zone tampon serait installée est détenue par Tahrir al-Sham et autres radicaux. Hurras al-Din, un plus petit groupe lié à Al-Qaïda, a rejeté l'accord.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha