http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2018/09/25/newsbrief-01

2018-09-25

La Turquie envoie des renforts à Idlib en Syrie

Les renforts militaires turcs sont entrés au bastion de l'opposition Idlib en Syrie mardi 25 septembre, a rapporté l'AFP, une semaine après qu'un accord entre Ankara et Moscou a prévenu une offensive du gouvernement.

Environ 35 véhicules militaires ont pris la route principale vers le sud près de la ville de Saraqib après minuit.

Le convoi a été accompagné par les forces de l'opposition pro-Ankara du Front de la Libération Nationale (FLN), qui contrôlent une partie de l'enclave sur la frontière turque.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a indiqué que les forces ont été déployées dans plusieurs positions turques autour de la province du nord-ouest.

Depuis l'année dernière, les troupes turques ont équipé 12 positions de surveillance dans la zone de l'opposition sous un accord de désescalade entre la Turquie, la Russie et l'autre allié du régime l'Iran.

La semaine dernière, Ankara et Moscou ont annoncé un nouvel accord pour une zone démilitarisée le long de la ligne de front sous forme d'un fer à cheval entre les combattants de l'opposition et les troupes du gouvernement.

L'alliance extrémiste Tahrir al-Sham contrôle plus de la moitié de la zone de l'opposition, alors que les combattants du FLN contrôlent une grande partie du reste.

L'accord donne à la Turquie la responsabilité de s'assurer que tous les combattants dans la zone démilitarisée planifiée remettent leurs armes avant le 10 octobre et que les plus radicaux parmi eux se retirent avant le 15 octobre.

L'accord stipule aussi que les troupes turques et russes patrouillent la zone tampon.

Pendant ce temps, des centaines de combattants de « l'Etat islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) sont arrivés lundi aux abords d'Idlib sous un transfert du régime de l'est du pays.

Les extrémistes ont été transportés la nuit de la province de l'est de Deir Ezzor près de la frontière irakienne, a indiqué l'Observatoire.

« Les forces du régime ont transporté plus de 400 combattants de l'EIIS dimanche soir du désert près de la ville de Albou Kamal », a précisé l'Observatoire.

Ils sont arrivés au village est de la province d'Idlib lundi à l'aube, près de zones où d'autres groupes extrémistes sont présents, a-t-il ajouté.

Les observateurs ont préalablement mis en garde que la mission de la Turquie était presque impossible et que la présence de l'EIIS, sur lequel elle a une emprise très limitée, troublera davantage la situation.

Tore Hamming, un académicien basé à Copenhague et spécialisé dans l'étude de groupes extrémistes, a déclaré que le transfert de l'EIIS pourrait provoquer des affrontements entre les factions rivales à Idlib.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha