2018-02-14

Mattis: Les combattants étrangers capturés doivent être jugés

Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a déclaré mardi 13 février que le fait de ne rien faire avec les combattants étrangers capturés en Syrie "n'était pas une option", a rapporté l'AFP.

Ces remarques sont intervenues après une réunion à Rome de la coalition internationale luttant contre "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS ).

Au cours de la féroce offensive menée par chasser l'EIIS d'al-Raqa, les forces démocratiques syriennes (FDS) ont capturé "des centaines" de combattants étrangers, a indiqué Mattis.

Les Etats-Unis ne veux pas que les prisonniers restent en Syrie, où il craint que le vide du pouvoir permette aux combattants de s'échapper et de reprendre les armes. Il dit que les combattants étrangers devraient être jugés dans leur pays d'origine.

"En fin de compte, nous ne voulons pas que (ces combattants) retournent dans les rues d'Ankara, (...) Tunis, Paris ou Bruxelles, (...)", a déclaré Mattis, après la rencontre avec 13 de ses homologues internationaux.

"C'est un problème international, il doit être abordé par toutes les parties concernées"

Mais plusieurs pays ne veulent pas que les combattants retournent chez eux.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha