Di badge fr
Di banner fr
2018-02-08

Les forces de la coalition contrent une attaque contre les FDS à Deir Ezzor

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

La coalition internationale a riposté à une attaque contre un bastion des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans la province de Deir Ezzor, tuant au moins 100 combattants pro-régime, a fait savoir l'AFP jeudi 8 février.

L'attaque initiale a été menée par des forces loyales au président Bachar al-Assad sur des installations pétrolières et gazières clés dans certaines parties de la province de Deir Ezzor contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS).

Selon le commandement central américain, des conseillers de la coalition étaient présents dans la zone attaquée par les forces pro-gouvernementales dans la province de Deir Ezzor mercredi soir.

"La coalition a mené des attaques contre les forces offensives pour repousser l'agression "contre son propre personnel et les FDS qui les accueillent", a ajouté le communiqué.

"Nous estimons que plus de 100 des forces pro-régime syriennes ont été tuées alors qu'elles engageaient les forces du FDS et de la coalition", a déclaré un responsable militaire américain sous le couvert de l'anonymat.

Les FDS et la coalition ont attaqué les forces assaillantes avec des frappes aériennes et des bombardements après que "20 à 30 obus d'artillerie et de chars aient atterri à moins de 500 mètres du siège des FDS", a indiqué le responsable.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, qui n'a confirmé que 45 morts parmi les forces pro-régime, l'attaque initiale a eu lieu près de Khasham.

Le chef de l'Observatoire, Rami Abdel Rahman, a déclaré que le but de l'attaque semblait être la capture d'un champ pétrolier clé et d'une grande usine à gaz dans une zone tenue par les FDS.

Le champ pétrolifère d'Omar, l'un des plus grands de la Syrie, avait une production d'avant-guerre de 30 000 barils par jour, tandis que le gisement de gaz de Conoco avait une capacité d'avant-guerre de 13 millions de mètres cubes par jour.

Les médias d'Etat syriens ont confirmé que des dizaines de personnes ont été tuées dans l'affrontement mais semblent nier que les forces armées étaient des soldats, qualifiant les victimes de "forces populaires".

Selon l'Observatoire, les forces qui ont lancé l'attaque contre les positions des FDS étaient des combattants tribaux locaux fidèles à Assad et des milices chiites afghanes combattant aux côtés du régime.

Les Etats-Unis ont déclaré que l'attaque a eu lieu à huit kilomètres à l'est de la "ligne de désascalade de l'Euphrate", faisant référence à la frontière entre la Russie et les Etats-Unis.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 0
Di banner fr
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha