2018-02-05

Des groupes d'aide mettent en garde contre les retours forcés de réfugiés

Des groupes d'aide internationaux ont averti lundi 5 février les pays accueillant des réfugiés syriens qu'il ne faut pas les forcer à retourner, a rapporté l'AFP.

Un rapport de plusieurs organisations humanitaires de premier plan - dont le Norwegian Refugee Council et CARE International - a parlé d'une tendance alarmante en faveur des déportations.

"Des centaines de milliers de réfugiés risquent d'être poussés à retourner en Syrie en 2018, en dépit de la poursuite des violences, des bombardements et des tirs d'artillerie qui mettent en danger la vie des civils", a-t-il ajouté.

Le rapport, "Dangerous Ground", a fait observer que les mesures visant à renvoyer les réfugiés en Syrie occupent une place de plus en plus importante dans l'ordre du jour des pays hôtes.

"Alors que la situation militaire change en Syrie, et dans un contexte de rhétorique et de politiques anti-réfugiés croissantes à travers le monde, les gouvernements ont commencé en 2017 à envisager ouvertement le retour des réfugiés dans leur pays".

Le nombre de réfugiés qui sont retournés en Syrie s'est élevé à 721 000 en 2017, contre 560 000 l'année précédente.

Mais le rapport a averti que trois fois plus de Syriens ont été déplacés l'année dernière et que 1,5 million de plus devraient être chassés de chez eux en 2018.

"Maintenant, le retour ne serait ni sûr ni volontaire pour la grande majorité qui a fui la guerre et la violence", a déclaré le secrétaire général du COR, Jan Egeland.

Helle Thorning-Schmidt, responsable de Save the Children, co-auteur du rapport, a averti que de nombreux enfants risquent d'être renvoyés dans les zones dangereuses.

"Aucun enfant ne devrait avoir à rentrer chez lui avant qu'il ne soit en sécurité actuellement, de nombreuses parties de la Syrie sont dangereuses pour les enfants: les bombes continuent de tomber et les services de base comme les écoles et les hôpitaux sont en ruines".

Action Contre la Faim et le Conseil danois pour les réfugiés ont également participé au rapport.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha