http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2018/02/05/newsbrief-01

2018-02-05

Les Syriens souffrent de difficultés respiratoires après les frappes du régime

Cinq personnes ont été traitées "d'asphyxie" dimanche 4 février après les frappes aériennes du régime syrien dans la ville de Saraqeb, au nord-ouest du pays, a rapporté l'AFP.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a rapporté "une odeur nauséabonde après que des hélicoptères du régime ont frappé plusieurs secteurs de la ville dans la province d'Idlib, causant l'étouffement de cinq civils".

Il a cité deshabitants et des sources médicales affirmant que du "gaz toxique" avait été utilisé dans l'attaque.

Des frappes aériennes du régime ont également tué six civils dans la ville de Kafr Nabi, près de Maaret al-Numan dans la campagne du sud de la province d'Idlib, a indiqué l'Observatoire.

Quatre autres civils ont été tués lors d'un attentat à la bombe contre Maasarin et Maaret al-Numan, où l'aéroport principal a été touché par une frappe aérienne non identifiée.

L'installation a fermé ses portes jusqu'à ce que des réparations puissent être effectuées, a déclaré l'Observatoire.

Les derniers développements interviennent alors que les Etats-Unis ont accusé cette semaine le régime syrien d'utiliser des armes chimiques contre les forces de l'opposition près de Damas, une accusation que le ministère syrien des Affaires étrangères a nié.

Lundi, au moins 23 civils - dont quatre enfants - ont été tués alors que les frappes aériennes du régime pilonnaient l'enclave de la Ghouta orientale, près de Damas, contrôlée par l'opposition, a indiqué l'Observatoire.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha