http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/09/19/feature-02

×
×
Sécurité |

Le CGRI exploite la guerre en Syrie pour établir des routes de trafic par Deir Ezzor

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des éléments des milices affiliées au CGRI sont vus dans la province rurale de Deir Ezzor. Le CGRI a établi des itinéraires de contrebande à Deir Ezzor pour acheminer combattants et armes. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien exploite le conflit syrien pour faire avancer son programme régional en établissant des routes de contrebande dans la province de Deir Ezzor afin d'acheminer des combattants et des armes, a déclaré à Diyaruna un militant syrien des droits de l'homme.

Le CGRI se déploie en nombre dans les zones rurales d'Albou Kamal et d'al-Mayadeen « dans le but de sécuriser des lignes d'approvisionnement militaires et logistiques permanentes et de trouver des routes illégales pour relier ses milices dans les deux pays », a déclaré à Diyaruna l'avocat syrien Bashir al-Bassam.

Le groupe renforce son contrôle dans ces zones, qui se trouvent près de la frontière irakienne, en utilisant des incitations financières pour recruter des civils tout en s'efforçant de mettre en œuvre des changements démographiques et de diffuser la doctrine du Wilayat al-Faqih (Tutelle du Juriste), a-t-il fait savoir.

Les habitants d'Albou Kamal ont été déplacés de force par le CGRI et ses affiliés, lesquels continuent d'exercer « toutes les formes de pression pour vider la zone de ses habitants et les remplacer par des familles du CGRI », a rapporté al-Bassam à Diyaruna en juillet.

image

Un bulldozer du CGRI construit des monticules de terre, avec des murs anti-explosion HESCO derrière lui et des affiches des anciens et actuels dirigeants suprêmes de l'Iran, Khomeini et Khamenei, accrochées à l'entrée d'un poste du CGRI à Deir Ezzor. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Dans les zones où les combats ont connu une pause, le CGRI renforce sa présence au lieu de remettre ces zones au régime syrien, dont la présence est désormais quasi inexistante dans la région d'Albou Kamal, a-t-il déclaré.

Maintien de la tension dans l'est de la Syrie

Le CGRI et ses milices affiliées cherchent à maintenir la tension dans l'est de la Syrie alors que de plus en plus de personnes rejettent sa présence, a indiqué al-Bassam, ajoutant que la dissidence devrait s'intensifier à cause de la répression et de l'expulsion par le CGRI de ceux qui ne le soutiennent pas.

Un environnement de tensions accrues est « un carburant pour le CGRI, qui doit le maintenir afin de poursuivre son expansion et de conserver les points de passage illégaux qu'il a établis dans la région d'Albou Kamal », a-t-il déclaré.

« Sans ces routes, ses milices affiliées seraient coupées de toutes les lignes d'approvisionnement vitales », a-t-il ajouté.

Cela est particulièrement important compte tenu de l'instabilité de la situation dans les zones menant à Deir Ezzor, telles que Daraa et ses zones rurales, où les tensions entre l'opposition armée et le régime s'intensifient à nouveau, a-t-il déclaré.

Outre le point de passage officiel qui relie Albou Kamal à la ville frontalière irakienne d'al-Qaïm, le CGRI a mis en place un poste de contrôle militaire et un deuxième poste-frontière dans la même zone pour ses propres besoins.

Ce point de passage est entièrement contrôlé par le CGRI, sans aucun contrôle du régime syrien, selon des témoins oculaires qui affirment qu'il « a permis le libre passage de camions et de bus civils et militaires transportant des activistes », a déclaré Al-Bassam.

Albou Kamal est la seule zone par laquelle le CGRI peut réaliser ses ambitions expansionnistes de « relier les zones commerciales de l'Iran à la Méditerranée » via l'Irak et la Syrie, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
2
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha