http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/09/18/feature-04

×
×
Terrorisme |

Le discours d'al-Baghdadi est une tentative désespérée de retour, affirme un expert

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Cette femme de l'EIIS a quitté al-Baghouz avec ses enfants et s'est rendue aux Forces démocratiques syriennes. Abou Bakr al-Baghdadi, leader de l'EIIS, a appelé les éléments restants du groupe à « libérer » les familles comme celle-ci. [Photo fournie par le Centre médiatique des FDS]

Le dernier discours d'Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS ), a été diffusé par enregistrement audio lundi 16 septembre, et n'est qu'une autre tentative désespérée de ranimer le groupe, a déclaré un expert des groupes terroristes.

Dans l'enregistrement, qui a fait le tour des réseaux sociaux, le leader insaisissable de l'EIIS appelle les combattants encore en liberté à retourner dans l'arène après les coups dévastateurs que le groupe a reçus en Irak et en Syrie.

Il leur demande également de faire sortir de prison les combattants de l'EIIS et leurs familles.

Selon l'expert du terrorisme Wael Abdoul-Mouttalib, qui a analysé l'enregistrement, les mots et les versets du Coran utilisés dans son discours impliquent qu'un grand nombre d'éléments du groupe ont évité les combats.

C'est important, a-t-il expliqué à Diyaruna, car al-Baghdadi avait pour habitude de dépeindre ses combattants comme une force militaire invincible, et de prétendre que ses soldats étaient venus de leur propre gré pour combattre, ce qui n'est visiblement plus le cas.

Quant à son appel à lancer des attaques contre les prisons, Abdoul-Mouttalib l'a décrit comme un « appel émotionnel » destiné à invoquer un sens du « devoir » chez les membres restants du groupe.

L'EIIS souffre d'une « extrême faiblesse »

Derrière la rhétorique habituelle, le discours d'al-Baghdadi, le premier en cinq mois, montre que le groupe souffre d'une extrême faiblesse à cause des attaques successives portées contre lui, a déclaré Abdoul-Mouttalib.

Il a fait remarquer que le dernier message du chef de l'EIIS arrive alors que les forces de sécurité ont réussi à traquer, arrêter ou tuer un grand nombre d'éléments restants de l'EIIS en Syrie et en Irak, et alors que sortent de nouvelles informations sur la mauvaise santé d'al-Baghdadi.

Abdoul-Mouttalib a également déclaré qu'il est intéressant de noter qu'al-Baghdadi semblait tenter de séduire d'autres éléments extrémistes ou d'ouvrir des lignes de dialogue avec des éléments d'al-Qaïda et du Front al-Nosra, qui constituent maintenant le noyau de Tahrir al-Sham.

Il l'a fait en faisant référence à des « raids unifiés », a précisé Abdoul-Muttalib.

Mais même si d'autres extrémistes étaient ouverts au recrutement par l'EIIS ou à la collaboration avec le groupe, a-t-il ajouté, cela serait difficile dans la pratique, car les groupes extrémistes sont de plus en plus fragmentés.

Les zones où ils sont encore présents sont découpées morceau par morceau, a-t-il fait remarquer, et des querelles intestines bien documentées existent entre les différentes factions extrémistes.

« Même la région d'Idlib n'est plus sûre pour eux, car plusieurs groupes terroristes ont été pris pour cible par la coalition internationale », a-t-il indiqué.

Les frappes aériennes ciblées ont réussi à neutraliser un grand nombre d'extrémistes, notamment des dirigeants connus et influents, a-t-il poursuivi.

Aimez-vous cet article?
0
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha