http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/09/09/feature-03?di_exp_001=true

×
×
Politique |

Syrie : le superpétrolier iranien arrive à Tartous

Waleed Abou al-Khair au Caire et l'AFP

Une image satellite montre le pétrolier iranien Adrian Darya 1 au large des côtes syriennes près du port de Tartous. [Photo de Digital Globe par le biais du compte Twitter de John Bolton, conseiller américain pour la sécurité nationale]

L'insistance de l'Iran à apporter ouvertement du pétrole à la Syrie est un défi sans équivoque pour la communauté internationale, qui a imposé des sanctions aux deux pays, a déclaré un expert des affaires iraniennes à Diyaruna.

Des images satellites prises dans la soirée du dimanche 8 septembre montrent que le superpétrolier iranien Adrian Darya 1 (anciennement Grace 1) est arrivé dans le port syrien de Tartous.

Ce pétrolier a zigzagué dans l'est de la Méditerranée depuis qu'il a été libéré du territoire britannique d'outre-mer de Gibraltar le 18 août, après avoir été détenu pendant six semaines parce qu'il était soupçonné de livrer du pétrole à la Syrie.

Les forces de sécurité de Gibraltar, aidées par les Royal Marines britanniques, avaient intercepté ce superpétrolier au large des côtes de Gibraltar le 4 juillet, car il était soupçonné de transporter ses 2,1 millions de barils de pétrole vers la Syrie en dépit des sanctions européennes.

Le pétrolier iranien Adrian Darya 1 est arrivé le 8 septembre au large du port syrien de Tartous. [Photo tirée de la page Facebook de Tartous Port General Company]

Un tribunal de Gibraltar avait ordonné sa libération le 15 août, malgré une tentative juridique de dernière minute des États-Unis visant à le maintenir en détention, après avoir reçu l'assurance écrite de l'Iran qu'il ne se rendrait pas dans des pays sous sanctions européennes.

Le Département du Trésor américain a mis le navire sur liste noire en vertu d'un décret antiterroriste, indiquant qu'il s'agissait d'un « bien bloqué" et que « toute personne apportant son soutien à l'Adrian Darya 1 risque d'être sanctionnée ».

Le 18 août, il était parti vers la Méditerranée orientale sous le drapeau iranien et sous un nouveau nom, l'Adrian Darya.

Obfuscation iranienne

L'Iran n'a jamais déclaré officiellement la destination du navire, niant à plusieurs reprises qu'il était destiné à la Syrie alors qu'il se dirigeait vers l'est.

Dans un message publié vendredi sur les réseaux sociaux et accompagné d'une photo satellite, le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton a affirmé que l'Adrian Darya 1 était arrivé à Tartous.

Les médias d'État iraniens ont cité dimanche le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, qui a déclaré que le pétrolier avait accosté sur les rives de la Méditerranée et déchargé sa cargaison, sans dire exactement où.

Téhéran a nié avoir promis quoi que ce soit sur la destination du navire.

Dimanche, Mousavi a déclaré que l'Adrian Darya 1 « a atteint sa destination et le pétrole a été vendu », sans donner plus de détails.

Mousavi n'a pas précisé si le superpétrolier avait déchargé sa cargaison.

« C'est en Méditerranée », a-t-il fait savoir, au large d'un pays qu'il n'a pas nommé.

Le mois dernier, l'Iran a déclaré avoir « vendu le pétrole » à bord du pétrolier et que le propriétaire déciderait de la destination, sans identifier l'acheteur.

Le service de suivi maritime TankerTrackers a indiqué que dimanche soir, l'Adrian Darya 1 se trouvait au large de la côte de Tartous, en Syrie, mais qu'il n'avait pas déchargé son pétrole.

Un acte de défi

« L'arrivée du superpétrolier iranien sur la côte syrienne était attendue, malgré les promesses iraniennes de ne pas s'y rendre », a déclaré à Diyaruna Fathi al-Sayed, spécialiste des affaires iraniennes.

Il a fait part d'informations antérieures indiquant que la destination déclarée et soupçonnée de l'Adrian Darya 1 avait changé à plusieurs reprises depuis son départ de Gibraltar, et il a accusé le régime iranien de manipuler les faits pour atteindre ses objectifs.

« L'insistance de l'Iran à livrer du pétrole à la Syrie constitue un défi clair et sans équivoque à la volonté de la communauté internationale, qui a imposé des sanctions au régime de Damas pour ses crimes continus contre le peuple syrien », a-t-il affirmé.

Les sanctions imposées à l'Iran comportent également de sévères restrictions à l'exportation de pétrole iranien, a poursuivi al-Sayed, et la livraison de pétrole à la Syrie est donc une double violation par l'Iran, qui est susceptible de lui faire encourir de nouvelles sanctions.

Le régime iranien est déterminé à poursuivre ses plans expansionnistes, à soutenir le régime syrien et à alimenter les conflits qui prolongeront la guerre, alors que le peuple iranien connaît d'extrêmes difficultés, a déclaré al-Sayed.

Sa richesse est détournée vers l'extérieur du pays pour soutenir le programme du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) à un moment où l'économie iranienne s'effondre, où les prix des matières premières montent en flèche et où les emplois sont rares, a-t-il déploré.

Aimez-vous cet article?
3

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha