http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/08/08/feature-01?di_exp_001=true

×
×
Sécurité |

L'exonération d'al-Falahi met fin aux rumeurs iraniennes

Faris al-Omran

Le major général Mahmoud al-Falahi, commandant des opérations dans l'Anbar, ici le 7 juin 2018, a été acquitté par le Premier ministre irakien après avoir été accusé à tort de trahison. [Photo fournie par le commandement de la 1re division d'infanterie]

L'enquête menée contre l'ancien commandant des opérations dans l'Anbar, le major général Mahmoud al-Falahi à la suite d'une campagne de dénigrement lors de laquelle des médias pro-iraniens l'avaient accusé de trahison s'est conclue par son exonération par le Premier ministre irakien.

À la suite des allégations proférées à l'encontre d'al-Falahi par plusieurs médias pro-iraniens, notamment le réseau de médias Résistance et al-Itijah TV, l'organe médiatique de Kataib Hezbollah, le ministère de la Défense l'avait rappelé à Bagdad.

Des commissions d'enquête avaient alors été mises en place pour enquêter sur ces allégations.

L'enquête a été officiellement close par un entretien télévisé diffusé en ligne le 22 juillet, lors duquel le Premier ministre Adel Abdoul Mahdi a annoncé que ces allégations à l'encontre d'al-Falahi ne reposaient sur aucun fondement.

Des membres de la milice Kataib Hezbollah appuyée par l'Iran sur une photo diffusée sur internet le 20 juin 2018.

« Nous avons reçu cette annonce avec une grande joie et beaucoup de satisfaction », a déclaré Karim al-Karbouli, membre du conseil provincial de l'Anbar, ajoutant que « ces accusations portaient atteinte à la réputation de notre armée et de ses commandants ».

« La déclaration d'innocence maintient le prestige et le statut de l'armée irakienne en tant qu'institution établie considérée comme le rempart de la patrie », a-t-il déclaré à Diyaruna.

Cette enquête a été supervisée par des équipes spécialisées du ministère de la Défense et du commandement des opérations conjointes, a-t-il indiqué, la qualifiant de « juste et équitable ».

Malgré son acquittement, al-Falahi a été nommé à de nouvelles fonctions au sein du commandement des opérations dans l'Anbar, a poursuivi al-Karbouli, ajoutant qu'il espérait que le gouvernement reconsidérerait cette décision.

Soutien des responsables de l'Anbar

Si al-Karbouli et d'autres officiels de l'Anbar ont expliqué à Diyaruna qu'ils étaient satisfaits du résultat de cette enquête, cette déclaration a en revanche provoqué la colère des milices appuyées par l'Iran.

Dans un communiqué, Kataib Hezbollah a ainsi menacé qu'il « ne laisserait pas les choses se passer aussi simplement », et des positions similaires ont été adoptées par les responsables politiques irakiens proches de l'Iran, bien que les autorités aient minimisé ces menaces, parlant de mots vides de sens.

« Nous apportons notre soutien aux résultats de la commission dans l'affaire du commandant des opérations dans l'Anbar », a déclaré à Diyaruna Farhan Mohammed al-Dulaimi, membre du conseil provincial de l'Anbar.

« Al-Falahi est un commandant professionnel qui a un long passé au service de la nation, dans la lutte contre les terroristes et leur défaite dans notre province », a-t-il déclaré.

La décision de l'exonérer des charges qui pesaient sur lui a été prise après que « une enquête impartiale eut prouvé que les accusations contre lui avaient été fabriquées de toutes pièces et étaient totalement infondées », a-t-il ajouté.

En tant que commandant en chef des forces armées, a souligné al-Dulaimi, le Premier ministre est parfaitement conscient de l'impact négatif que de telles accusations ont sur la réputation de l'armée dans l'opinion publique et sur le moral des soldats.

Les accusations proférées à l'encontre d'al-Falahi l'ont été « en raison de sa réputation contre l'expansion des milices, en particulier Kataib Hezbollah, dans l'Anbar, et leurs tentatives d'asseoir leur influence sur les villes de la province », a-t-il poursuivi.

Les milices appuyées par l'Iran ont cherché à prendre le contrôle des ressources économiques de l'Anbar, a-t-il continué, comme elles l'ont fait dans d'autres provinces libérées de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Ces milices ont tenté « par tous les moyens de le faire tomber, cette fois en l'accusant d'avoir livré des informations à des parties étrangères », a expliqué al-Dulaimi.

Les milices servent les intérêts de l'Iran

L'acquittement d'al-Falahi est « une claque au visage de ces milices qui œuvrent à marginaliser le rôle de l'armée » et à renforcer l'influence du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), a expliqué l'expert militaireRabie al-Jawari.

« Par ces accusations, les milices ambitionnaient d'atteindre plusieurs objectifs », a-t-il indiqué à Diyaruna.

Elles avaient espéré étendre leur contrôle sur le pays et piller ses ressources, a-t-il indiqué, et affaiblir l'establishment militaire en mettant en cause la loyauté d'un commandant irakien à son pays.

Il est clair que les milices appuyées par l'Iran tentent de saper la confiance du peuple irakien en son armée en s'efforçant de ternir sa réputation, a-t-il expliqué.

« Mais la vérité est qu'elles ne cherchent qu'à servir leurs propres intérêts et ceux de l'Iran », a-t-il ajouté, comme en atteste leur refus de se plier aux ordres du gouvernement et de mettre un terme à leurs activités illégales.

« Le gouvernement est bien décidé à ne rien céder sur ses décisions et ses initiatives destinées à lutter contre ces activités », a conclu al-Jawari.

Aimez-vous cet article?
43

7 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha
| 2019-09-08

Al-Falahi est un agent des États-Unis. Ceci a été prouvé, et la farce de sa libération a été faite à cause des pressions américaines. Le preuve est qu'il a été renvoyé du Commandement des opérations de l'Anbar.

Répondre
| 2019-09-07

Salutations à l’honnête, professionnel, courageux et impartial al-Falahi! Salutations aussi au comité d'enquête qui a agi avec intégrité en dépit des pressions sur lui. Les fils de l'armée irakienne ne trahissent pas. Fierté et dignité au peuple libre de l'Irak!

Répondre
| 2019-08-28

Pourquoi l'État devrait-il accepter que le traître assume ses responsabilités?

Répondre
| 2019-08-19

Vous venez de le réaliser? !!! Cela a été clair dès les premiers jours du sit-in ; c'est un film et un scénario dont les stars sont les bergers et leurs alliés.

Répondre
| 2019-08-18

L'armée-est-le mur-de-la-nation. Vous êtes la queue de l'Iran.

Répondre
| 2019-08-20

Où est la justice? Ce sont des enregistrements clairs, mais exactement comme le massacre de Speicher contre des cadets innocents a été fermé, toute affaire où des chiites irakiens sont victimes est close. Malheureusement, les accusations sont toujours les mêmes : des agents pour l'Iran.

Répondre
| 2019-08-24

Hehehehehehehe!

Répondre