http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/08/07/feature-02?di_exp_001=true&locale_switch_001=true

×
×

Économie |

Acculés par les sanctions, les Iraniens cherchent des emplois dans la région kurde d'Irak

AFP

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook

Suleiman Taha, un mathématicien de 28 ans diplômé de Sanandaj, dans l'ouest de l'Iran, vend des sculptures d'animaux en gypse faites à la main à Erbil, la capitale de la région kurde de l'Irak, le 2 juillet. [Safin Hamed/AFP]

Une demi-douzaine d'ouvriers iraniens se sont pressés autour de la voiture qui s'est arrêtée le long du trottoir à Erbil. Acculés par les sanctions américaines contre Téhéran, ils cherchaient du travail de l'autre côté de la frontière.

Eux-mêmes kurdes pour la plupart, ils ont cherché des emplois dans le bâtiment et d'autres occupations mineures dans la région kurde du nord de l'Irak pour compenser la détérioration de la situation économique de leur pays.

Portant des chapeaux en maille et des sacs en toile autour de la taille, ils attendent dans le quartier industriel d'Erbil que des personnes ayant besoin d'aide pour déménager ou que des contremaîtres viennent les chercher.

Des ouvriers iraniens à la recherche d'emplois dans la région kurde d'Irak pour compenser la détérioration de la situation économique de leur pays, logeant dans une auberge bon marché à Erbil le 1er juillet. [Safin Hamed/AFP]

« Avec un salaire d'une journée complète en Iran, je ne peux acheter qu'un poulet, mais les besoins d'une famille ne se limitent pas à un poulet », a déclaré Rostam, travailleur de 31 ans originaire d'Urmia en Iran.

Ce père de deux enfants a préféré ne pas révéler son nom complet, craignant des répercussions contre sa famille au pays.

Les ouvriers peuvent gagner « entre 25 000 et 30 000 dinars irakiens (20 à 25 dollars) par jour », a fait savoir Riza Rostumy, un autre travailleur.

« C'est beaucoup d'argent », a-t-il déclaré. Environ trois fois ce que l'on trouve en Iran.

« L'économie [en Iran] est très imprévisible. Vous pouvez vous réveiller un matin et constater que le prix des aliments a doublé par rapport à la veille », a indiqué Rostam.

L'économie iranienne va « empirer »

La plupart des travailleurs iraniens traversent la frontière vers la région kurde de l'Irak en tant que touristes avec un visa d'un mois.

Ils travaillent pendant 28 jours puis rentrent chez eux pour se reposer, rapportant du thé, des couches et d'autres produits devenus trop chers en Iran. Une semaine plus tard, le cycle recommence.

Ces travailleurs « répondent à un besoin et sont considérés comme une source de richesse », a expliqué Adel Bakawan, de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris.

« Non seulement ils font des travaux méprisés culturellement et socialement par la société kurde irakienne, mais les travailleurs iraniens dépensent également », a déclaré Bakawan à l'AFP.

Sur la même autoroute d'Erbil, un homme d'affaires irakien kurde a transformé un vieil immeuble en auberge bon marché pour accueillir les vagues de travailleurs journaliers iraniens.

« L'automne dernier, je n'avais que 58 travailleurs iraniens à l'auberge. Aujourd'hui, j'en ai 180 », a rapporté Khorsheed Shaqlawayee, âgé de 54 ans.

Il a loué deux bâtiments supplémentaires à proximité, mais même cela n'a pas suffi.

« Maintenant, je refuse de nouveaux clients, tous iraniens, parce que les trois auberges sont pleines », a-t-il indiqué.

Ses chambres font environ neuf mètres carrés et peuvent accueillir jusqu'à quatre travailleurs, qui paient 3 dollars par nuit pour un lit, l'électricité, l'eau et internet.

La plupart des travailleurs iraniens d'Erbil étaient désireux de parler à l'AFP, mais sous condition d'anonymat, craignant des répercussions négatives pour leurs familles en Iran.

Parmi eux, des diplômés universitaires ont été poussés à prendre des petits boulots, parce qu'ils n'arrivaient pas à trouver d'emploi chez eux et qu'ils étaient pessimistes quant à leurs perspectives d'avenir.

« Je pense que la situation économique va empirer en Iran », a fait savoir un jeune de 24 ans.

L'émigration pour nourrir sa famille

Les autorités régionales kurdes en Irak ont déclaré qu'elles ne tenaient pas de statistiques sur les travailleurs iraniens, et les Irakiens ont indiqué que l'afflux ne les inquiétait pas, pour l'instant.

« Ils facturent le même prix que nous », a rapporté Rebin Siamand, travailleur irakien de 27 ans. « Et puis, contrairement aux travailleurs iraniens, nous avons de meilleures connexions. Nous travaillons régulièrement avec des ingénieurs et des maîtres d'ouvrage. »

Mais si les Iraniens commençaient à venir en plus grand nombre ou à demander moins d'argent, cela pourrait devenir un fardeau pour les Irakiens, a déclaré Siamand.

Sur une route poussiéreuse menant à la périphérie rurale, Suleiman Taha était assis sur le hayon de son pick-up Nissan bleu, assemblé en Iran et portant une plaque iranienne.

Ce mathématicien de 28 ans, diplômé de Sanandaj, dans l'ouest de l'Iran, vient en Irak depuis février pour vendre des sculptures d'animaux en gypse faites à la main.

Les Iraniens, a-t-il déclaré, veulent nourrir leurs familles et ne peuvent pas vraiment penser à autre chose.

« Avant les récentes sanctions, on mangeait de la viande trois fois par semaine. Aujourd'hui, nous ne pouvons nous permettre de manger de la viande qu'une fois par semaine », a fait savoir Taha.

Il cherchait à louer une maison à Erbil, car beaucoup de ses amis et parents envisageaient de traverser la frontière pour travailler.

« J'appelle cela une émigration, une émigration pour nourrir nos familles restées au pays », a-t-il déclaré.

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook
Aimez-vous cet article?
8
2

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha