http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/08/01/feature-01

×
×
Terrorisme |

L'enquêteur principal de l'ONU compare l'EIIS aux criminels de guerre nazis et demande des procès

AFP

image

Des adolescents bourreaux de l'EIIS se préparent à abattre 25 soldats du régime syrien devant une foule en 2015 à Palmyre en Syrie. Ces crimes seront détaillés lors de procès demandés par la communauté internationale. [Archive]

Le dirigeant de l'enquête spéciale de l'ONU sur les crimes de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) a appelé à des procès similaires à ceux des dirigeants nazis à Nuremberg, afin que les victimes des extrémistes soient entendues et que leur idéologie soit « démystifiée ».

Pendant un an, l'avocat britannique Karim Khan a sillonné l'Irak avec une équipe de près de 80 collègues pour recueillir des preuves et des témoignages pour UNITAD, un organisme des Nations Unies.

« C'est une montagne à gravir », a-t-il déclaré, l'équipe d'enquête travaillant pour analyser jusqu'à 12 000 corps provenant de plus de 200 fosses communes, 600 000 vidéos des crimes de l'EIIS et 15 000 pages de l'administration du groupe.

« Pas de tabou » pour la brutalité de l'EIIS

Il y a cinq ans, lorsque l'EIIS contrôlait de vastes territoires en Irak et en Syrie, le groupe a imposé sa domination brutale sur sept millions de sujets avec ses propres administrations, écoles, enfants-soldats, une interprétation sévère de l'Islam et des châtiments médiévaux.

image

Une image tirée d'une vidéo diffusée par l'EIIS en 2016 le jour de l'Aïd al-Adha, quelques instants avant que l'un de ses combattants ne tranche la gorge des victimes syriennes du groupe. [Archive]

image

Une yézidie irakienne regarde le 15 mars des travailleurs de médecine légale inspectant une zone pendant l'exhumation d'une fosse commune de centaines de yézidis tués par l'EIIS dans le village de Kojo du district de Sinjar. [Zaid al-Obeidi/AFP]

Les groupes minoritaires considérés par l'EIIS comme « hérétiques » ou « satanistes » ont connu des milliers de morts, la torture ou l'esclavage.

L'EIIS « n'était pas une guérilla ou un groupe rebelle mobile [...], ce qui est un aspect inhabituel » pour la justice internationale, a indiqué Khan depuis le siège ultra-sécurisé de l'UNITAD à Bagdad.

« Il n'y avait pas de tabou » pour l'EIIS , a-t-il précisé.

« Qui aurait cru qu'au 21e siècle voir des crucifixions, l'incinération d'un être humain humain dans une cage, de l'esclavage, de l'esclavage sexuel, des personnes jetées du haut d'immeubles, des décapitations? »

Et tout cela a été filmé « avec une caméra de télévision ».

Malgré l'horreur, ces crimes « ne sont pas nouveaux », a-t-il déploré. « Ce qui est peut-être nouveau avec l'EIIS, c'est que l'idéologie alimente le groupe criminel comme le fascisme alimentait les pogroms criminels [du leader allemand nazi Adolf] Hitler. »

Démystifier l'idéologie de l'EIIS

Les dirigeants nazis ont été jugés par le tribunal militaire international de 1945-1946 à Nuremberg, en Allemagne, pour le meurtre d'environ six millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd'hui, les tribunaux irakiens condamnent presque chaque jour des membres de l'EIIS capturés, souvent à mort, mais les victimes ne sont pas présentes aux procès et la seule accusation portée est celle de l'appartenance à l'EIIS.

Seuls les procès où les preuves et les témoignages sont accessibles à tous peuvent permettre de tourner la page, a affirmé Khan.

À cause de Nuremberg, « personne ne peut être pris au sérieux en adoptant les principes de Mein Kampf », a-t-il déclaré, faisant référence au manifeste autobiographique écrit par Hitler.

« En réalité, la conscience publique sonnerait l'alarme si quelqu'un pensait que les principes du fascisme étaient une philosophie politique alternative », a-t-il ajouté.

Nuremberg « sépara le poison du fascisme du peuple allemand », selon Khan.

Après l'EIIS, « l'Irak et l'humanité ont besoin du Nuremberg [de l'EIIS] », a-t-il déclaré.

Un procès équitable pour l'EIIS « peut également contribuer à séparer le poison de l'EIIS de la communauté sunnite », un groupe minoritaire en Irak, où les deux tiers de la population sont chiites, a déclaré Khan.

Un procès de l'EIIS aurait un « effet éducatif non seulement dans la région, mais aussi dans d'autres parties du monde où des communautés peuvent être vulnérables aux mensonges et à la propagande de l'EIIS ».

« Cette idéologie peut être démystifiée, afin que les gens qui nous regardent [...] puissent comprendre une vérité évidente, à savoir que c'était l'État le moins islamique que nous ayons vu », a dit Khan.

Poursuivre l'EIIS partout

L'UNITAD s'efforce de déterminer si les actions de l'EIIS constituent des crimes contre l'humanité, des crimes de guerre ou des génocides, les crimes les plus graves du droit international.

« Vous verrez au cours des deux prochains mois que nous alimentons des poursuites qui sont déjà en cours dans certains États », a fait savoir Khan.

Certains procès sont déjà en cours, notamment en France, pour des attaques revendiquées par l'EIIS, et à Munich, en Allemagne, où une Allemande a été accusée d'avoir laissé mourir de soif une jeune fille yézidie « achetée » dans un marché aux esclaves de l'EIIS.

Mais « l'Irak est le premier destinataire de nos preuves et de nos informations », a précisé Khan.

L'Irak a déjà jugé des milliers de ses propres ressortissants arrêtés sur son territoire pour avoir rejoint l'EIIS, et en a condamné des centaines à mort, qu'ils aient combattu pour ce groupe ou non.

« Le forum n'est pas aussi important », a poursuivi Khan, car la possibilité d'un tribunal international a été évoquée par certains mais semble peu probable dans un avenir proche.

L'essentiel est que « les victimes aient le droit de faire entendre leur voix ».

Aimez-vous cet article?
7
NON

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha

L'EIIS est une corruption sur terre et une bactérie qui résiste au traitement humain. C'est une séparation de la coexistence pacifique à travers le monde. Ils n'ont pas de religion ou de croyance ; ce n'est qu'un mouvement qui ne suit aucune règle ; ce ne sont que des extrémistes dont le cerveau est lavé.

Répondre