http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/07/17/feature-03

×
×
Criminalité et Justice |

L'Irak rapatrie 473 enfants de combattants étrangers de l'EIIS

Khalid al-Taie

Une photo prise le 29 avril 2018 au tribunal pénal central de Bagdad montre des femmes russes, condamnées à la prison à perpétuité pour avoir intégré l'EIIS, debout dans un couloir avec des enfants. [Ammar Karim/AFP]

Des centaines d'enfants de combattants étrangers de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont été rapatriés dans le pays d'origine de leurs parents, a annoncé lundi 15 juillet le ministère irakien des Affaires étrangères.

Depuis fin 2017, les autorités irakiennes ont rapatrié au total 473 enfants étrangers grâce à des efforts gouvernementaux et diplomatiques.

Ces enfants viennent de dix pays : la Russie, le Tadjikistan, l'Azerbaïdjan, l'Allemagne, la France, la Géorgie, la Biélorussie, la Finlande, l'Ukraine et la Turquie, selon le ministère.

L'Irak a fait « de grands efforts en ce qui concerne cette question complexe », a déclaré mercredi à Diyaruna le député Qusay Abbas, vice-président de la commission parlementaire des droits de l'homme.

Les ministères de la Justice, du Travail et des Affaires sociales, le Conseil supérieur de la magistrature et les services de sécurité ont fourni des services médicaux, humanitaires et juridiques aux enfants, a-t-il précisé, ajoutant qu'ils étaient traités « selon les principes des droits humains ».

Parallèlement, le ministère des Affaires étrangères a eu des consultations avec des États étrangers qui ont facilité le rapatriement de ces enfants, a-t-il déclaré.

Certains pays « réticents » à accueillir des enfants de l'EIIS

« Certains pays avaient précédemment soumis des demandes à l'Irak pour rapatrier leurs ressortissants mineurs », a-t-il fait savoir, ajoutant que le gouvernement irakien avait répondu à ces demandes et remis les enfants par groupes à leurs pays.

Mais d'autres pays restent « réticents à accueillir » des enfants dont les mères de l'EIIS ont été condamnées par les tribunaux irakiens, ou des mineurs qui ont purgé leur peine dans des centres correctionnels, a-t-il indiqué.

Le 10 juillet, l'Irak a remis à la Russie 33 enfants de femmes russes accusées d'appartenir à l'EIIS.

« Le transfert s'est fait en coordination avec l'ambassade de Russie à Bagdad », a indiqué Abbas.

Il n'existe pas de chiffres officiels concernant le nombre total d'enfants étrangers toujours sous la garde des Irakiens.

Ces enfants se répartissent en trois catégories : les enfants mineurs de parents étrangers membres de l'EIIS qui ont été tués pendant la guerre de l'Irak contre le groupe ; les mineurs sous la garde de leurs mères étrangères membres de l'EIIS, dont certaines ont été jugées et d'autres font encore l'objet d'enquêtes et de procès.

La troisième catégorie regroupe les mineurs étrangers, dont 108 ont été inculpés fin 2018 pour avoir rejoint l'EIIS.

Aimez-vous cet article?
1

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha