http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/05/13/feature-03

×
×
Sécurité |

Des bénévoles de Ninive déminent les anciennes zones de l'EIIS

Khalid al-Taie

Une bénévole diplômée d'un récent programme de formation au maniement des explosifs de la province de Ninive reçoit son diplôme. [Photo fournie par Omar Ali Mohammed al-Jabouri]

Des bénévoles irakiens de la province de Ninive ont terminé un cours de formation au retrait d'engins explosifs improvisés (EEI) organisé par la Fondation suisse de déminage (FSD), a expliqué un responsable à Diyaruna lundi 13 mai.

« Quarante-deux bénévoles originaires de Ninive, 32 hommes et dix femmes, ont achevé un cours de formation au traitement des EEI et des explosifs non explosés », a indiqué Omar Ali Mohammed al-Jabouri, le superviseur des équipes de formation de la FSD.

Ce cours, organisé par la FSD dans le district de Mawat dans la province d'al-Suleimaniyah, a duré 52 jours, a-t-il précisé, précisant que ces bénévoles s'étaient vu dispenser des cours théoriques et des exercices pratiques sur les différentes manières de déminer, de retirer et d'éliminer les mines et les EEI.

« Cette formation leur a été dispensée par des spécialistes irakiens et étrangers expérimentés », a-t-il poursuivi.

Des responsables militaires irakiens discutent des plans de déminage avec des membres des équipes internationales spécialisées dans le retrait et le désamorçage des mines. [Photo fournie par Omar Ali Mohammed al-Jabouri]

Il s'agit du second cours sur le déminage organisé par la FSD depuis qu'elle a débuté ses travaux dans la province de Ninive il y a plus d'un an, a continué al-Jabouri, rappelant que la première classe avait été diplômée en mai 2018.

Ces nouveaux diplômés travailleront au départ avec des équipes actives afin d'apprendre d'elles et de renforcer leurs acquis et leur expérience, a-t-il expliqué.

À partir de la mi-juin, ils commenceront à déminer des sites situés à l'est et au sud de Mossoul qui sont contaminés par des EEI et des mines non explosés enterrés par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) lorsqu'il contrôlait la ville, a-t-il ajouté.

Ces sites sont situés à al-Hamdaniya, à l'est de Mossoul, et à al-Qayyarah, au sud de la ville, a précisé al-Jabouri.

Promouvoir la stabilité

La FSD collabore avec l'armée irakienne, avec le soutien des États-Unis et du Canada, pour retirer les mines et les explosifs dans les régions libérées de l'EIIS, afin de promouvoir un environnement sûr et stable pour les Irakiens habitant dans ces régions, a-t-il ajouté.

« Ces trois dernières années, nous avons réussi à traiter quelque 15 000 mines et projectiles abandonnés ou dissimulés par les terroristes sur des terrains et dans des édifices privés, ainsi que dans des bâtiments gouvernementaux », a-t-il poursuivi.

Le travail de la FSD ne se limite cependant pas à conduire une formation et à participer aux opérations de déminage, a-t-il précisé, mais il comprend également la conduite d'enquêtes techniques sur les zones contaminées par les résidus de la guerre et les mines.

La fondation mène également des campagnes de sensibilisation aux dangers des mines, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
2

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha
| 2019-05-23

Puis-je participer à ces cours?

Répondre