http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/05/13/feature-02?language_switcher=true

Terrorisme |

Les civils d'Idlib craignent que la vidéo d'al-Joulani n'entraîne une escalade du conflit

Waleed Abou al-Khair au Caire

Voulez-vous faire du français votre langue par défaut, sur ce site? Se connecter via Facebook

Le leader de Tahrir al-Sham Abou Mouhammad al-Joulani apparaît dans un entretien vidéo avec des militants dans les médias dans le nord de la Syrie. [Photo publiée sur le compte Telegram du militant dans les médias Tahir al-Omar]

La récente apparition du leader de Tahrir al-Sham Abou Mouhammad al-Joulani dans un entretien vidéo diffusé sur les réseaux sociaux dimanche 12 mai a déclenché la panique parmi les civils de la région d'Idlib, qui y ont vu une déclaration de guerre ouverte, a expliqué un militant local.

Toute accélération du conflit mettrait la population locale en danger, a précisé le militant Haisam al-Idlibi à Diyaruna, soulignant que la région regorge de civils, tant natifs de la zone que déplacés internes (DI).

Le militant dans les médias Taher al-Omar a posté cette vidéo sur son compte Telegram.

Le leader de Tahrir al-Sham Abou Mouhammad al-Joulani apparaît dans un entretien vidéo avec le militant dans les médias Tahir al-Omar. [Photo publiée sur le compte Telegram du militant dans les médias Tahir al-Omar]

Le leader de Tahrir al-Sham Abou Mouhammad al-Joulani pose avec une Kalachnikov, l'arme que les leaders d'al-Qaïda utilisent lors de leurs apparitions en public. [Photo publiée sur le compte Telegram du militant dans les médias Tahir al-Omar]

Depuis qu'elle a commencé à circuler, a indiqué al-Idlibi, les civils ont tenté de fuir en masse la frange de la province pour se diriger vers l'intérieur.

Aux confins de la province, de féroces combats opposent en effet l'opposition armée et des groupes extrémistes d'un côté, et le régime syrien et ses alliés, notamment le Hezbollah libanais, de l'autre.

Les forces russes fournissent au régime syrien un soutien aérien et sur le terrain intégral.

Selon al-Omar, a précisé al-Idlibi, cet entretien a eu lieu dans une zone de combat dans une région rurale du nord de la Syrie.

Lors de celui-ci, al-Joulani a lancé un appel aux armes pour repousser l'assaut sur la région, affirmant que les groupes présents dans la région d'Idlib s'étaient unis.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, al-Joulani a rencontré jeudi 9 mai une cinquantaine de militants dans les médias qui avaient été convoqués dans un endroit reculé de la campagne d'Idlib par le « bureau des médias» de Tahrir al-Sham.

Les militants présents à cette rencontre ont déclaré à l'observatoire qu'al-Joulani avait tenté de justifier la perte de Kafr Nabudah et de Qalaat al-Madiq entre les mains du régime, et déclaré que Tahrir al-Sham était prêt à défendre les régions qui demeuraient sous son contrôle.

Des menaces qui déclenchent l'alarme

L'apparition d'al-Joulani et son appel aux armes indiquent qu'il a pris un rôle de premier plan et contrôle désormais, ou affirme contrôler, tous les groupes extrémistes dans la région, a précisé al-Idlibi à Diyaruna.

Cela semblerait inclure le Parti islamique du Turkistan en Syrie, Jaish al-Azza et plusieurs groupes de combattants de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a-t-il poursuivi.

Les civils qui sont incapables de quitter la région tentent de faire des stocks de nourriture en anticipant un arrêt des fournitures alimentaires si les combats s'aggravent, a-t-il continué.

« Cela a entraîné une sévère pénurie de produits alimentaires de base par suite de la demande extrême, et ce, malgré une hausse scandaleuse de leurs prix », a-t-il ajouté.

La menace d'al-Joulani de bombarder la base aérienne de Hmeimim du régime syrien dans la province de Latakia, qui est actuellement opérée par les forces russes, a suscité une alarme particulière, a poursuivi al-Idlibi, car cela entraînerait sans aucun doute une escalade de la situation.

Selon Yahya Mohammed Ali, spécialiste des groupes terroristes, le moment de l'apparition d'al-Joulani relance la bataille et fournit aux Russes une raison de pourchasser et d'éliminer les groupes extrémistes opérant à Idlib.

Il a souligné qu'al-Joulani était apparu avec une Kalashnikov, l'arme avec laquelle choisissent de poser tous les leaders d'al-Qaïda lors de leurs apparitions publiques, dans la lignée d'Oussama ben Laden et d'Abou Moussab al-Zarqawi.

Cela signale l'adhésion d'al-Joulani à l'idéologie d'al-Qaïda, et le montre tentant de s'affirmer comme l'unique leader des groupes extrémistes dans la région, invitant tous les extrémistes armés à suivre ses ordres, a conclu Ali.

Aimez-vous cet article?
6
6

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha