http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/05/01/feature-03?di_exp_001=true&locale_switch_001=true

×
×
Sécurité |

Les forces et les tribus irakiennes traquent les derniers membres de l'EIIS dans les zones désertiques isolées

Khalid al-Taie

image

Un soldat irakien couvre un véhicule militaire à l'intérieur d'une base de l'EIIS dans le désert de l'Anbar le 21 octobre 2018. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Les forces irakiennes et tribales mènent des opérations dans plusieurs zones du désert de l'Anbar à la recherche d'éléments restants de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a fait savoir le leader tribal Cheikh Qatari al-Samarmad al-Obeidi à Diyaruna mercredi 1er mai.

Ces opérations comprennent une reconnaissance aérienne poussée pour détecter les éléments de l'EIIS dans la région d'al-Jazeera vers le district d'Hatra dans la province de Ninive.

Elles couvrent les villages de Basala, al-Ama, Tall al-Tayyarat, Juraybiaat, Abou Rasin, Bir Toumina et al-Akziz.

Des combattants de la tribu d'Albou Nimr, dans le village d'al-Sukariyat au nord de Raoua, « ont réussi à détruire plusieurs maisons de repos contenant des stocks d'armes, de nourriture et de médicaments », a rapporté al-Obeidi.

image

Les forces de sécurité ont incendié un repaire de l'EIIS dans le désert de l'ouest de l'Anbar le 10 août 2018. [Photo fournie par le commandement des opérations de l'Anbar]

« La traque et la surveillance aérienne et terrestre se déroulent depuis près de deux semaines dans les villages de Muaishar, al-Husseiniyat et al-Mudhim, dans le désert occidental de l'Anbar », a-t-il précisé.

Les opérations ont à ce jour permis de neutraliser dix extrémistes, a-t-il ajouté, dont trois étaient responsables de l'enlèvement et du meurtre de plusieurs citoyens qui ramassaient des truffes au cours des deux derniers mois près du village d'al-Mudhim.

Quatre suspects de l'EIIS ont également été arrêtés dans la région d'al-Husseiniyat, a-t-il rapporté.

« En début de semaine, une force de sécurité spéciale a arrêté un dangereux élément de l'EIIS, connu sous le nom d'Akir al-Hayani, dans un repaire du désert d'al-Nukhaib », a indiqué al-Obeidi.

Al-Hayani était un chef terroriste qui opérait dans les rangs d'al-Qaïda en 2004, a-t-il fait savoir.

Les habitants fournissent des renseignements

Les succès sécuritaires engrangés contre les éléments restants de l'EIIS ont été obtenus grâce à la « coopération des habitants du désert et des bergers avec les forces de sécurité et les agences de renseignement », a expliqué al-Obeidi.

Cette coopération s'est renforcée, car les habitants courent en permanence le risque d'être tués par les derniers éléments de l'EIIS qui se cachent dans le désert, et qui leur volent leurs troupeaux et leur extorquent de l'argent, a-t-il déclaré.

« Les forces de sécurité peuvent désormais avancer de 300 à 400 kilomètres dans le désert reculé, surtout dans les régions de Wadi Houran, al-Qadhaf et al-Kaara », a-t-il rapporté.

Al-Obeidi a souligné le fait que les frontières ouest de l'Irak sont entièrement sécurisées.

« Les forces irakiennes ont récemment retiré des unités militaires de la frontière avec la Syrie, parce qu'elles n'y étaient plus nécessaires au vu de l'amélioration de la stabilité dans la zone suite à la défaite de l'EIIS dans son dernier bastion d'al-Baghouz en Syrie », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
2
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha