http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/05/01/feature-01?di_exp_001=true&locale_switch_001=true

×
×
Terrorisme |

Des sculpteurs de Mossoul restaurent des monuments chers à la ville

Khalid al-Taie

Des sculpteurs de Mossoul travaillent le 13 avril sur une nouvelle statue du « Marchand de réglisse ». L'original avait été détruit par l'EIIS. [Photo extraite de la page Facebook L'Œil de Mossoul]

Une équipe de sculpteurs travaille à redonner aux statues de Mossoul détruites par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) leur lustre d'antan.

Après trois mois de dur travail, cette équipe a réussi le mois dernier à boucler le premier de ses projets, la sculpture d'un marchand de réglisse, pour remplacer celle qui ornait le rond-point al-Sawas de la ville jusqu'à ce qu'elle soit vandalisée par l'EIIS.

Le sculpteur Omar al-Khaffaf a expliqué que cette équipe, dirigée par Nizar Abdoul Latif, et composée de ses collègues Mohammed Nizar et Khaled al-Abadi, « est déterminée à restaurer le patrimoine » de la ville.

« Nous avons commencé par le 'Marchand de réglisse', qui est considéré comme un monument folklorique qui ornait la ville de Mossoul avant que les terroristes ne s'en emparent et le détruisent avec d'autres sites historiques », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Deux sculpteurs restaurent la statue dite du « Marchand de réglisse » le 13 avril à Mossoul, laquelle avait été détruite par l'EIIS. [Photo extraite de la page Facebook L'Œil de Mossoul]

« Nous avons commencé par faire une étude complète de l'ancienne statue qui avait été taillée dans les années 1970 par Tallal Safawi, un sculpteur de Mossoul, et nous souhaitions imposer notre propre marque à la nouvelle version », a poursuivi al-Khaffaf.

Les travaux de restauration ont été menés dans des conditions difficiles, a-t-il ajouté.

« Le soutien local a été limité et a à peine suffi à couvrir le coût du matériel », a-t-il poursuivi, précisant qu'il avait également été difficile de trouver un espace de travail d'une taille suffisante.

« Nous n'avons pas encore pu louer un grand espace à transformer en atelier, et nous avons donc dû utiliser ma propre maison », a indiqué al-Khaffaf. « Mais nous avons en fin de compte été capables de terminer le travail [le 18 avril]. »

« Ce n'est que le début de nos projets », a-t-il déclaré, ajoutant que l'équipe espère que cela servira de « plateforme de lancement à d'autres travaux de sculpture, en collaboration avec la municipalité et d'autres autorités locales ».

Futurs travaux de restauration prévus

L'équipe espère aussi restaurer d'autres statues de Mossoul, notamment celles d'Othman al-Mosuli, d'Abou Tammam et de Fatat al-Rabie (Fille du printemps), a indiqué al-Khaffaf.

Ces sculptures personnifient l'identité culturelle de la ville, a-t-il déclaré, et elles doivent de ce fait se voir octroyer un financement suffisant.

La nouvelle statue du marchand de réglisse fait cinq mètres de haut et est en béton, plutôt qu'en bronze, a-t-il expliqué. Elle sera installée à la place de la précédente, dans le quartier al-Mansour de l'ouest de Mossoul.

Les autorités municipales réhabilitent actuellement l'endroit où sera érigée la statue, localement connue comme le rond-point al-Sawas, a-t-il continué.

Haider Ismaïl, qui supervise le projet municipal de développement d'al-Sawas, a expliqué à Diyaruna que son équipe travaille sans relâche pour terminer ce projet.

Cela comprend la construction de la fondation de la statue et la plantation de pelouses et de fleurs, ainsi que la construction d'une fontaine pour embellir les lieux, a-t-il indiqué.

« Le rond-point al-Sawas est une place ancienne et unique située près de ce que l'on appelle la route de Bagdad, et est considéré comme l'un des visages culturels de la ville », a-t-il poursuivi, soulignant qu'elle a depuis longtemps été un lieu de prédilection pour les vendeurs de jus de réglisse.

Cette statue est un monument apprécié des habitants de Mossoul, une ville connue pour la production et la vente de cette boisson, a expliqué Ismaïl.

Elle rend également hommage au dur labeur de ces travailleurs, qui passent leurs journées à arpenter les rues en portant leur énorme jarre sur les épaules pour faire vivre leur famille.

« La reconstruction de cette statue dans la foulée de la réhabilitation de la place fera renaître la joie chez les habitants de Mossoul, car ce monument fait partie du patrimoine populaire de leur ville », a-t-il poursuivi.

Restaurer les monuments culturels

Ali Mahmoud, directeur média à la cellule de crise de Mossoul, a expliqué à Diyaruna que la ville a hâte de restaurer cette statue et tous les autres monuments culturels qui ont été endommagés.

Cette cellule administre actuellement la ville, après le renvoi du gouverneur de Ninive à la suite de l'incident de ferry meurtrier du 21 mars.

« Cette cellule a mis en place un comité composé d'ingénieurs, d'architectes et d'archéologues chargés de superviser une variété de projets liés à la revitalisation de la culture humaniste de Mossoul », a-t-il ajouté.

« Un travail sérieux est en cours pour réparer tous les monuments historiques détruits par les terroristes, dont le plus remarquable est la grande mosquée al-Nouri, dont les gravats sont retirés pour faire place à sa reconstruction », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha