http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/04/18/feature-02

Économie |

Le CGRI distribue de l'aide aux Syriens alors que les Iraniens souffrent des conséquences des inondations

Waleed Abou al-Khair au Caire

Voulez-vous faire du français votre langue par défaut, sur ce site? Se connecter via Facebook

Des membres de la fondation Jihad al-Bina distribuent de l'aide aux habitants de la campagne de Hama, en Syrie. [Photo diffusée sur les médias sociaux]

Dans le cadre de sa campagne d'influence en Syrie, le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) a distribué de l'aide et des sommes en espèces aux civils, afin de cultiver leur loyauté envers lui, a indiqué à Diyaruna un activiste local, jeudi 18 avril.

Ces efforts s'inscrivent dans un contexte de mécontentement profond en Iran au sujet de la mauvaise gestion par le régime des répercussions des inondations qui ont frappé la majorité du territoire iranien depuis le 19 mars.

« Les crues et les torrents provoqués par de fortes pluies ont mis en lumière la négligence dont ont eu à pâtir de nombreuses régions d'Iran », a déclaré Fathi al-Sayed, chercheur au Centre Al-Sharq d'études régionales et stratégiques, spécialiste des affaires iraniennes.

Des responsables du CGRI et des chefs de milices organisent une réunion dans la ville d'al-Mouhassan, dans la province rurale de Deir Ezzor, avec des chefs tribaux pour recruter de jeunes locaux. [Photo diffusée sur les médias sociaux]

Les autorités iraniennes « sont à l'origine de ces négligences en détournant la richesse de la nation pour financer les projets du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) à l'étranger », a-t-il expliqué.

Les Syriens surpris par l'aide du CGRI

Le CGRI continue de renforcer sa présence dans la province de Deir Ezzor et dans la campagne de celle de Hama, « où il cherche à se gagner les bonnes grâces de la jeunesse et des tribus », a expliqué Jamil al-Abed, un activiste local, à Diyaruna.

Ces derniers jours, le CGRI a, par l'intermédiaire de la fondation Jihad al-Bina, distribué d'importantes quantités de nourriture et d'aide humanitaire aux habitants locaux, pour un total d'au moins 2500 rations, pour tenter de les persuader de rejoindre ses milices, a-t-il poursuivi.

Le CGRI a distribué cette aide malgré le fait que « plusieurs de ces rations avaient été réservées pour les familles des membres de sa milice abattus », a-t-il ajouté.

« Les habitants locaux ont été surpris par cette initiative, dans la mesure où ils s'attendaient à ce que cette aide cesse parce que le peuple iranien en a un besoin urgent après les inondations désastreuses qui ont frappé la majorité des régions d'Iran », a continué al-Abed.

Le CGRI recrute les jeunes de Deir Ezzor

Pour leur part, des responsables du CGRI et des chefs de milice ont organisé une réunion avec des représentants des tribus dans la ville d'al-Mouhassan, dans la province de Deir Ezzor, pour coordonner le recrutement des jeunes de la région dans les rangs des milices affiliées au CGRI, a-t-il expliqué.

Les participants sont parvenus à un accord « sur le salaire que les recrues toucheraient et l'aide qui serait accordée de manière continue aux habitants locaux », a-t-il précisé.

Ils sont également convenus de coordonner les activités religieuses et de mettre en place des centres religieux et des husseiniyah dans la région, a poursuivi al-Abed.

Les responsables du CGRI ont insisté sur le fait de commencer la construction de ces centres religieux comme condition à la fourniture de cette aide et « ont déjà amené des prédicateurs irakiens et libanais pour prendre en charge ces missions dans la ville et dans ses environs », a-t-il continué.

Selon des informations fuitées de cette réunion, les anciens des tribus auraient accepté de « préparer des listes de jeunes pour les envoyer assister à des séminaires religieux en Iran afin d'y recevoir une idéologie religieuse et comment la diffuser », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
3
4

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha