http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/02/08/feature-05

Politique |

2019-02-08

Une entreprise iranienne agrandit le camp militaire de Diyala

Hassan al-Obaidi à Bagdad

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Un panneau portant la photo de l'ancien guide suprême iranien Rouhollah Khomeini dans la province irakienne de Diyala prône les vertus du « martyr ». [Facebook]

Des sources irakiennes de la province de Diyala ont rapporté à Diyaruna qu'une entreprise iranienne s'efforçait de remettre en état et d'agrandir un camp militaire au nord de Baquba qui avait été pris ces dernières années par les milices appuyées par l'Iran.

S'exprimant sous réserve d'anonymat, des sources irakiennes ont déclaré que l'ancien Camp Ashraf, situé à environ 18 kilomètres au nord de Baquba, est aujourd'hui remis en état pour accueillir les milices affiliées au régime iranien travaillant sous l'égide des Forces de la mobilisation populaire (FMP).

militias affiliated with the Iranian regime that work under the umbrella of the Popular Mobilisation Forces (PMF).

Outre l'organisation Badr affiliée à l'Iran, ces milices comptent le Hezbollah Kataeb, Harakat al-Nujaba et Asaib Ahl al-Haq, ont-elles précisé.

Ce camp occupe une superficie de quelque 50 kilomètres carrés et comporte des bâtiments d'habitation, une école, un centre de soins et d'autres installations.

Il est désormais baptisé Camp Abou Muntadhar al-Muhammadawi, en hommage au chef des opérations de la milice de Badr tué lors des combats contre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) en 2015.

« Provocation aggravée »

L'entreprise iranienne, dont des sources irakiennes expliquent qu'elle s'appelle Ghadeer Khum, a amené avec elle plusieurs dizaines de travailleurs iraniens.

Ce camp est situé sur la route principale qui conduit à al-Khalis, où certains habitants ont expliqué à Diyaruna ne pas être satisfaits de la présence de cette entreprise.

Ismail al-Bayati, un habitant d'al-Khalis, a raconté à Diyaruna que le 14 janvier, début d'un long week-end de vacances, des ouvriers de l'entreprise s'étaient rendus sur le marché d'al-Khalis pour y acheter de la nourriture, et avaient fréquenté les cafés locaux jusque dans la soirée.

La scène avait été « très provocante pour les habitants », a-t-il poursuivi. « Ils savent qu'ils ne sont pas les bienvenus, mais ils viennent quand même, sous la protection des FMP, ce qui constitue une provocation aggravée. »

« Ces ouvriers gagnent un salaire mensuel de 500 dollars, que les ouvriers irakiens mériteraient plus », a-t-il poursuivi.

Un autre habitant d'al-Khalis, Hussein Jassim, a pour sa part expliqué à Diyaruna qu'il se trouvait au chômage depuis longtemps.

« Nous aurions pu faire le travail, » a-t-il déclaré, en référence à l'expansion du camp d'Abou Muntadhar al-Muhammadawi.

Violation du droit irakien

Ce camp « viole le droit irakien et constitue une menace pour la sécurité des villages avoisinants, car il est destiné à servir de vaste dépôt d'armes et de munitions », a déclaré le lieutenant-colonel Mouhammad al-Karawi, du Commandement des opérations à Diyala.

« La loi irakienne interdit la présence d'explosifs ou de matériel dangereux à une distance inférieure à 40 kilomètres d'une agglomération », a-t-il précisé à Diyaruna.

Cette entreprise iranienne développe également un atelier plus petit près d'un champ de pétrole sur la route principale qui mène à Khanaqin, pour en faire une base des milices armées, a-t-il ajouté.

Elle a agi « en violation de la législation locale en vigueur en Irak en se raccordant aux réseaux de fourniture d'eau et d'électricité et en rejetant des déchets solides », a précisé le membre du conseil de district d'al-Khalis Mohammed al-Rubaie, qui a demandé à utiliser un pseudonyme.

L'entreprise viole également la loi sur les sociétés étrangères en Irak, qui exige que 60 % de leurs travailleurs soient des Irakiens, a-t-il ajouté pour Diyaruna.

Toute construction ou agrandissement d'une base militaire en Irak doit être fait par des Irakiens, a indiqué le représentant irakien pour la province de Diyala au parlement Raad al-Dahlaki à Diyaruna.

L'Irak est parfaitement capable de construire et d'équiper ses propres projets, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

63
33
Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha