http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/01/09/feature-02

Politique |

2019-01-09

Le CGRI et le régime en conflit à Deir Ezzor

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Nawaf al-Bashir, commandant de la brigade al-Baqir affiliée au CGRI, aux côtés des combattants de sa brigade. [Photo diffusée en ligne]
Nawaf al-Bashir, commandant de la brigade al-Baqir affiliée au CGRI, aux côtés des combattants de sa brigade. [Photo diffusée en ligne]

Les tensions entre le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) et les milices affiliées au régime syrien ont culminé sur la question du contrôle de la ville de Deir Ezzor, dans l'est du pays, a expliqué un activiste syrien.

Ces tensions ont également été alimentées par la demande du régime syrien que les jeunes combattant dans les rangs des milices affiliées au CGRI se fassent inscrire sur les listes du service militaire et de réserve obligatoire pour servir l'État syrien.

Les tensions entre les deux camps ont dépassé les limites de Deir Ezzor et ont atteint les régions environnantes, en particulier celles dominées et contrôlées par des tribus locales, a expliqué l'activiste Jamil al-Abed à Diyaruna.

Le leader de la tribu al-Bakara Nawaf al-Bashir, qui rend directement compte au CGRI, tente d'étendre la zone que contrôle sa milice à Deir Ezzor et dans l'arrière-pays, et au-delà de la localité d'Albou Kamal, au détriment du régime syrien.

« Il y a eu une première confrontation entre Sattouf al-Merhi, un haut commandant des milices affiliées au régime syrien, et al-Bashir », a expliqué al-Abed.

« Ce litige s'est par la suite propagé à Sobhi Zayed al-Hanan, connu pour entretenir des relations étroites avec l'appareil de renseignement du régime », a-t-il ajouté.

Al-Hanan est également membre de la tribu al-Bakara, mais refuse d'être subordonné au CGRI, a expliqué al-Abed. Il a ces dernières années conservé ses relations avec le régime, et est partisan du décret sur le service militaire et de réserve.

Sommé par le régime syrien

Al-Bashir a été convoqué à Damas il y a quelques jours, où il se trouve désormais.

Cette convocation est liée aux litiges et au refus d'al-Bashir de suivre les ordres intimés par le régime syrien concernant l'application du service militaire et de réserve obligatoire, a poursuivi al-Abed.

Al-Bashir a publiquement fait connaître son refus de suivre ces ordres lors d'un rassemblement organisé dans la ville de Deir Ezzor, a-t-il souligné.

« Du point de vue d'al-Bashir, l'application de ce décret lui coûterait une grande partie de sa force, car tous les éléments de la milice qu'il dirige sont recherchés pour effectuer leur service militaire obligatoire », a précisé al-Abed.

Il tente donc de rassembler ses combattants et de les déplacer vers le village de Muhaymidah, son lieu de naissance, qui est situé en dehors du contrôle à la fois du régime et du CGRI, pour leur permettre d'échapper au service militaire et de réserve, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

4 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha