http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/12/06/feature-02

Manifestations |

2018-12-06

Manifestation des étudiants à Idlib contre le renvoi de professeurs opposés à Tahrir al-Sham

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des étudiants de l'université d'Idlib rencontrent des responsables de l'université, qui tentent de les dissuader de manifester contre le renvoi de plusieurs professeurs. [Photo fournie par Moussab Assaf]
Des étudiants de l'université d'Idlib rencontrent des responsables de l'université, qui tentent de les dissuader de manifester contre le renvoi de plusieurs professeurs. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Les étudiants de l'université d'Idlib continuent de manifester contre le renvoi de plusieurs de leurs professeurs opposés aux décisions prises par l'administration de l'université, affiliée à Tahrir al-Sham, explique un militant local.

Les étudiants ont organisé plusieurs manifestations contre ce renvoi et ont indiqué qu'ils manifesteront jusqu'à ce que l'université revienne sur sa décision et que ces professeurs soient réintégrés et reçoivent les arriérés de salaire qui leur sont dus.

« Le président de l'université d'Idlib a diffusé un arrêté pris par l'administration civile, contrôlée par Tahrir al-Sham, ordonnant la suspension de treize professeurs de l'université », a expliqué à Diyaruna Moussab Assaf, un militant d'Idlib.


Les étudiants de l'université d'Idlib protestent contre le renvoi de plusieurs professeurs. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Les étudiants de l'université d'Idlib protestent contre le renvoi de plusieurs professeurs. [Photo fournie par Moussab Assaf]

La raison invoquée pour cette suspension était « une infraction administrative de ces professeurs qui n'ont pas signé l'engagement de ne pas travailler dans des universités non licenciées », a précisé Assaf.

Mais les étudiants estiment que la raison invoquée par cette décision administrative n'est rien d'autre qu'un prétexte, soulignant que les professeurs renvoyés étaient tous opposés à Tahrir al-Sham.

Les professeurs en question sont des membres du corps professoral qui avaient participé à la fondation de l'université il y a quelques années avec des soutiens locaux, a-t-il poursuivi, avant que Tahrir al-Sham ne prenne le contrôle de cette administration.

Selon Assaf, les étudiants ont fait savoir qu'ils n'envisageaient pas de mettre un terme à leurs actions avant que l'université ne revienne sur sa décision et que les professeurs soient réintégrés à leurs postes et reçoivent les arriérés de salaire qui leur sont dus.

Les tensions entre l'administration de l'université et les professeurs renvoyés ont vu le jour il y a quelque temps, a continué Assaf, lorsque plusieurs éléments de Tahrir al-Sham avaient été nommés professeurs à la faculté de droit et de la charia.

Parmi eux se trouve l'extrémiste égyptien Yahya Taher al-Farghali, connu également sous le nom d'Abou Fateh al-Farghali, commandant et responsable de la charia de Tahrir al-Sham.

Les professeurs se sont opposés à cette décision au motif que les étudiants recevraient un enseignement erroné sur les questions religieuses, voyant cette décision comme un moyen pour Tahrir al-Sham de propager son idéologie extrémiste.

Tahrir al-Sham tente de propager son idéologie radicale aussi largement que possible, a-t-il noté, « pour assurer le maintien de son contrôle sur la province d'Idlib ».

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha