http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/12/04/feature-03

Société |

2018-12-04

L'Irak ferme le camp de déplacés Kilo-18 de Ramadi

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des bus se préparent à transporter les familles déplacées restantes du camp de Kilo-18 de Ramadi vers leurs foyers. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]
Des bus se préparent à transporter les familles déplacées restantes du camp de Kilo-18 de Ramadi vers leurs foyers. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Le camp de déplacés Kilo-18, dans l'ouest de Ramadi, a été fermé, a annoncé mardi 4 décembre le gouvernement local de la province de l'Anbar.

« Nous avons commencé ces deux derniers jours à renvoyer les dernières familles restantes du camp vers leurs zones de résidence [d'origine] », a déclaré Mazen Khaled al-Dulaimi, conseiller du maire de l'Anbar pour les affaires des DI.

« Nous avons renvoyé une trentaine de familles, et 40 autres vont regagner leurs foyers dans le district d'al-Qaim », a-t-il rapporté à Diyaruna.

Une centaine de familles du camp Kilo-18 ont été transférées vers le camp Tourist City d'al-Habbaniya, dans l'est de l'Anbar, a-t-il indiqué, ajoutant qu'elles seront intégrées aux familles de déplacés restantes de la province.

Kilo-18, qui était l'un des camps de déplacés les plus importants d'Irak, comptait près de 1600 familles déplacées de leurs régions après que « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) eut pris le contrôle de plusieurs villes de l'Anbar.

« Ces familles venaient principalement de Ramadi et ont ensuite été rejointes par d'autres venues de villes de l'ouest de la province, notamment al-Qaim, Raoua et Anah, pendant une campagne visant à libérer ces villes à la fin de l'année dernière », a précisé al-Dulaimi.

Leur retour s'est déroulé graduellement et en plusieurs fois depuis l'année dernière, a-t-il fait savoir.

« Dès qu'une ville était libérée et débarrassée des explosifs et que ses services étaient réhabilités, nous commencions à aider sa population déplacée à y retourner », a-t-il indiqué.

Retour volontaire

« Le retour n'est pas obligatoire, mais volontaire », a-t-il souligné, conformément aux politiques du gouvernement encourageant les gens à rentrer chez eux et à retrouver leurs communautés.

Le camp Kilo-60 à l'ouest de Ramadi avait été fermé au milieu de l'année 2017, a-t-il rapporté, et le camp al-Khalidiya, composé de onze camps plus petits, a été fermé fin septembre.

« Les trois camps restants sont al-Habbaniya, Ameriyat al-Falloujah et Bazbiz, qui accueille actuellement environ 6000 familles déplacées », a déclaré al-Dulaimi.

Le camp Bazbiz est le troisième sur la liste des camps à fermer bientôt, a-t-il déclaré. « Il devrait fermer ses portes dans les jours qui viennent, puis nous passerons aux deux autres. »

« Nous voulons mettre fin au déplacement et tourner cette page pour toujours », a-t-il indiqué. « Nos villes sont libérées et connaissent désormais la sécurité, la stabilité et un regain de construction. »

Aimez-vous cet article?

3 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha