http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/11/28/feature-01

Terrorisme |

2018-11-28

Mossoul renforce la sécurité après un attentat à la bombe dans un restaurant

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Les forces de sécurité irakiennes inspectent la scène de l'explosion d'une voiture piégée le 9 novembre, lors de laquelle trois personnes ont été tuées et une dizaine d'autres blessées la nuit précédente près d'un restaurant à Mossoul, première attaque de ce genre depuis que l'EIIS a été chassé de la ville l'année dernière. [Zaid al-Obeidi/AFP]
Les forces de sécurité irakiennes inspectent la scène de l'explosion d'une voiture piégée le 9 novembre, lors de laquelle trois personnes ont été tuées et une dizaine d'autres blessées la nuit précédente près d'un restaurant à Mossoul, première attaque de ce genre depuis que l'EIIS a été chassé de la ville l'année dernière. [Zaid al-Obeidi/AFP]

Dans les jours qui ont suivi l'attentat à la bombe meurtrier du 8 novembre contre un restaurant de Mossoul, les forces irakiennes ont mis en place des mesures de sécurité plus strictes pour empêcher que ne se reproduisent de telles attaques, ont expliqué des responsables locaux à Diyaruna.

Ces nouvelles mesures de sécurité sont allées de pair avec une augmentation « sans précédent » des informations fournies par les civils pour signaler des activités suspectes, ont-ils ajouté.

Cette explosion d'une voiture piégée, survenue devant le restaurant Abou Layla de la ville, a tué trois personnes et en a blessé douze autres, ont rapporté à l'AFP des sources médicales et de sécurité.


Des unités de l'armée encerclent un repaire de « l'État islamique en Irak et en Syrie » lors d'une opération de recherche dans le sud de Mossoul. [Photo fournie par le commandement des opérations dans Ninive]

Des unités de l'armée encerclent un repaire de « l'État islamique en Irak et en Syrie » lors d'une opération de recherche dans le sud de Mossoul. [Photo fournie par le commandement des opérations dans Ninive]

C'était le premier attentat depuis la reprise de Mossoul des mains de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), et il a fortement secoué les habitants.

« Nous avions été libérés et pensions que la sécurité était revenue », a déclaré à l'AFP Mossab, employé de ce restaurant, âgé de 25 ans.

Sa voiture stationnée à proximité a été endommagée par l'explosion.

« J'avais économisé pendant quatre ans pour l'acheter, et tout est parti en une fraction de seconde », a-t-il poursuivi.

« Importantes attaques préventives »

L'incident a été « une atteinte à la sécurité qui pourrait se produire n'importe où dans le monde, et il n'est pas le signe d'une baisse de la sécurité », a indiqué pour sa part le maire de Mossoul Zuhair al-Araji.

« Cette attaque a renforcé notre détermination à combattre les éléments restants de l'EIIS et les éléments du groupe qui se cachent dans notre ville », a-t-il affirmé à Diyaruna.

« Après ce crime, nos forces ont redéployé leurs unités et renforcé leurs positions en bordure [de la ville], notamment dans l'ouest », a-t-il ajouté.

Les plans de sécurité ont été entièrement revus et des mesures de protection plus sévères ont été mises en place, a poursuivi al-Araji.

Elles comprennent notamment « l'intensification de la surveillance autour de la ville et à ses entrées principales et la poursuite des points de contrôle », a-t-il dit, ainsi que « le redoublement des efforts pour trouver et cibler les cellules secrètes des terroristes ».

« Entre le jour de cette attaque et le 15 novembre, nos forces ont lancé trois importantes attaques préemptives dans les faubourgs de Mossoul », a-t-il indiqué.

Elles ont permis de « neutraliser 20 éléments de l'EIIS qui se cachaient dans les zones de Badush, Aski Mosul et al-Humaidat », a ajouté al-Araji.

Durant la même période, la police de Ninive a arrêté 14 individus recherchés dans les districts de Mosul al-Jadida, Haramat, al-Quds, al-Intisar et al-Karama, parmi lesquels des combattants de l'EIIS et des membres de la « hesba » (police religieuse) du groupe.

Vigilance renforcée

Après cet attentat à la bombe du 8 novembre, les habitants ont affiché un intérêt manifeste pour la sauvegarde de leur ville, a ajouté al-Araji, soulignant que les informations de sécurité avaient atteint « un rythme sans précédent ».

« Les habitants ont commencé à s'empresser de fournir des informations aux membres de la sécurité sur de quelconques activités, véhicules ou objets étrangers suspects », a-t-il ajouté. « La vigilance et la prudence sont renforcées, ainsi qu'un partenariat plus étroit dans le partage des responsabilités. »

« Cet incident terroriste n'a fait que nous rendre plus forts », a-t-il poursuivi, précisant que les habitants de la ville ont repris leurs activités comme à l'accoutumée.

Après cet attentat à Mossoul, le conseil provincial de Ninive a tenu des réunions avec les responsables de la sécurité pour parler des moyens d'accentuer les efforts en vue de consolider la stabilité, a expliqué à Diyaruna Ayed al-Louayzi, membre de ce conseil.

« Nos avons pris des mesures essentielles pour renforcer la sécurité », a-t-il indiqué, parmi lesquelles une augmentation du nombre d'appareils de détection d'explosifs (sonars) aux huit entrées de la ville.

Les commerçants de la ville sont désormais tenus d'installer des caméras de surveillance dans leurs magasins, a-t-il ajouté, et le nombre de ces caméras a été doublé dans les lieux publics.

Ces mesures de sécurité comprennent également « le renforcement du rôle des moukhtars de quartier », a ajouté al-Louayzi.

Par ailleurs, le conseil demande la réintégration de certains policiers, et le recrutement de nouveaux policiers pour pallier le déficit, a-t-il ajouté.

« Nous avons présenté une recommandation au gouvernement à cet égard, car le nombre de policiers est actuellement de 12 000, alors que 40 000 seraient nécessaires pour être déployés dans les villes et à la frontière », a-t-il poursuivi.

Maintenir les acquis sécuritaires

La victoire sur l'EIIS a été « une magnifique étape historique », a déclaré à Diyaruna Binyan al-Jarba, membre de la commission pour la sécurité du conseil provincial de Ninive. « Mais la phase de l'après-victoire requiert un effort colossal de chacun pour préserver cet acquis historique. »

« Cette récente atteinte à la sécurité a donné lieu à de rapides mesures de sécurité », a-t-il dit, ajoutant que les habitants avaient réagi par une « attitude positive ».

« Nous devons néanmoins rester conscients du fait que la phase actuelle demande non seulement des mesures sécuritaires, mais aussi des mesures économiques et sociales », a poursuivi al-Jarba.

La sécurité nécessite également des efforts extraordinaires pour combattre le chômage et la pauvreté, réaliser le développement et la reconstruction et consolider la paix sociale, a-t-il souligné.

Cet attentat à la bombe du 8 novembre est « la preuve de la lâcheté des terroristes », a estimé Issam Mahmoud, un habitant de Mossoul, originaire du quartier al-Zuhour de la ville.

Les éléments restants de l'EIIS « pensent qu'ils auront raison de nous, mais nous sommes en alerte et prêts à les recevoir », a-t-il déclaré à Diyaruna. « Nous avons consenti de gros sacrifices pour gagner notre liberté, et nous n'y renoncerons jamais. »

Aimez-vous cet article?

4 Di icons no

1 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
Comment bubble | 2018-12-02

Les résidents de Mossoul doivent être vigilants et faire attention.

Répondre