http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/10/17/feature-02

Religion |

2018-10-17

Résurgence des takiyas soufies dans l'Anbar après le départ de l'EIIS

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des responsables religieux et des imams de Falloujah se rassemblent dans une mosquée pour participer à un rituel soufi. [Saif Ahmed/Diyaruna]
Des responsables religieux et des imams de Falloujah se rassemblent dans une mosquée pour participer à un rituel soufi. [Saif Ahmed/Diyaruna]

Signe que l'influence néfaste de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) décline, les takiyas soufies – bâtiments abritant des rassemblements religieux – rouvrent dans la province de l'Anbar, expliquent responsables locaux et érudits soufis.

Le soufisme, une forme de mysticisme religieux islamique qui souligne l'introspection et la proximité spirituelle avec Dieu, compte à la fois des sunnites et des chiites parmi ses adhérents.

Ce courant théologique avait été attaqué sous le règne de l'EIIS car le groupe considérait les partisans d'une autre foi, y compris les soufis, comme kouffar (hérétiques).


Des responsables religieux et des imams de Falloujah se rassemblent dans une mosquée pour participer à un rituel soufi. [Saif Ahmed/Diyaruna]

Des responsables religieux et des imams de Falloujah se rassemblent dans une mosquée pour participer à un rituel soufi. [Saif Ahmed/Diyaruna]

Le retour des takiyas dans la province est un « signe évident » du succès des opérations visant à chasser l'EIIS de la région, a expliqué à Diyaruna Sabah al-Karhut, membre du conseil provincial de l'Anbar.

L'EIIS est un « ennemi du mouvement soufi », a-t-il ajouté, soulignant le fait que les soufis constituent une partie importante et bien établie du paysage religieux de la province.

Le soufisme « appelle à la paix et à l'amitié au sein du peuple irakien », a-t-il ajouté, et rejette le sectarisme, l'extrémisme et la violence.

Il existe des régions dans l'Anbar où le mouvement soufi est très présent et jouit d'une forte attraction parmi les habitants en raison de cette idéologie, a poursuivi al-Karhut.

Plusieurs soufis ont perdu la vie sous le règne de l'EIIS et durant les combats pour chasser le groupe, a-t-il ajouté, ajoutant que l'EIIS avait également bombardé plusieurs takiyas.

L'EIIS a tué quelque 44 soufis et en a blessé 22 autres ces dernières années, a rappelé Cheikh Hamadallah Mahmoud, qui supervise la takiya al-Qadiriya à Falloujah.

Le groupe a également détruit ou endommagé une trentaine de takiyas dans plusieurs districts de l'Anbar, a-t-il poursuivi pour Diyaruna.

« Les takiyas soufies, y compris al-Qadiriya, Naqshbandiya, Shadhiliya, Casanzaniya et Rifaiya [ordres religieux soufis], rassemblent les gens », a déclaré Mahmoud.

Lors de leurs rassemblements religieux, les soufis « prient pour la protection des Irakiens contre le mal du terrorisme et du crime, et appellent les habitants à respecter la loi et la justice », a-t-il ajouté.

Pratiquer à nouveau les rituels

Durant son règne, l'EIIS qualifiait les soufis « d'apostats » et interdisait les mouvements soufis dans l'Anbar, a rappelé Cheikh Khamis al-Mohammedi, qui supervise la takiya al-Shafeiya à Ramadi.

Le groupe extrémiste avait également interdit certaines traditions et certains rites religieux, comme la duaa (l'invocation), les prières au Prophète et les prières nocturnes de taraweeh durant le mois de ramadan, a-t-il indiqué à Diyaruna.

« Le mouvement soufi et tous les ordres religieux partagent des traditions similaires et de forts idéaux de fraternité et d'unité, et rejettent les idées de l'extrémisme religieux et de l'intolérance », a poursuivi al-Mohammedi.

Les takiyas de l'Anbar sont désormais de retour pour organiser des fêtes religieuses, culturelles et littéraires ainsi que des cours de Coran, a-t-il fait savoir, précisant que ces événements sont généralement ouverts au public.

Ils présentent souvent des intellectuels et des responsables religieux qui viennent traiter de questions qui concernent chacun, a-t-il ajouté, y compris le fait d'exposer la vérité sur l'extrémisme et d'appeler à la coexistence entre toutes les communautés religieuses présentes en Irak.

Ces takiyas « suivent un chemin important, à savoir celui de l'amour et de la paix », a expliqué à Diyaruna Haidar Abbas al-Maamouri, un habitant de Ramadi.

C'est la raison pour laquelle, a-t-il précisé, il fréquente les takiyas pour y effectuer les prières et les rites religieux.

« Les soufis ont été ces dernières années les ennemis jurés des groupes terroristes, parce que la pensée soufie s'oppose à l'approche et à la doctrine du terrorisme », a conclu le politologue et expert en sécurité Hamed al-Akashi.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha