http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/10/17/feature-01

Sécurité |

2018-10-17

La division Fatemiyoun se retire d'Albou Kamal en Syrie

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des éléments de la division Fatemiyoun, une milice afghane combattant en Syrie sous le commandement d'officiers iraniens, dans un camp de l'est de la campagne de Deir Ezzor. [Photo fournie par Jamil al-Abed]
Des éléments de la division Fatemiyoun, une milice afghane combattant en Syrie sous le commandement d'officiers iraniens, dans un camp de l'est de la campagne de Deir Ezzor. [Photo fournie par Jamil al-Abed]

La division Fatemiyoun, une milice afghane combattant en Syrie sous commandement iranien, s'est retirée de la ville frontalière d'Albou Kamal dans l'est de la province de Deir Ezzor, a indiqué à Diyaruna un militant local mercredi 17 octobre.

Cette milice appuyée par l'Iran s'est retirée au lendemain des affrontements qui l'avaient opposée aux Forces de défense nationale (FDN) affiliée au régime syrien pour le contrôle de la zone, au cours desquels Fatemiyoun avait capturé des combattants ennemis.

Les habitants de la région d'al-Masaken qui avaient été déplacés par les combats sont rentrés dans leurs foyers à la demande du régime syrien, mais pas avant que la division Fatemiyoun n'en eut pillé le contenu.


Des éléments de la division Fatemiyoun appuyée par l'Iran participent à un entraînement physique dans l'est de la campagne de Deir Ezzor. [Photo fournie par Jamil al-Abed]

Des éléments de la division Fatemiyoun appuyée par l'Iran participent à un entraînement physique dans l'est de la campagne de Deir Ezzor. [Photo fournie par Jamil al-Abed]


Le major général Qassem Soleimani, commandant de la Force al-Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique d'Iran, aux côtés de commandants de la division Fatemiyoun dans la province syrienne de Deir Ezzor. [Photo fournie par Jamil al-Abed]

Le major général Qassem Soleimani, commandant de la Force al-Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique d'Iran, aux côtés de commandants de la division Fatemiyoun dans la province syrienne de Deir Ezzor. [Photo fournie par Jamil al-Abed]

« La plupart des combattants de Fatemiyoun qui avaient été déployés à Albou Kamal ont évacué leurs positions et sont partis vers leurs camps dans la campagne de Deir Ezzor », a expliqué à Diyaruna Jamil al-Abed, un militant local.

Leur retrait était escompté, a-t-il ajouté, après les combats des deux derniers jours entre la division Fatemiyoun et les FDN.

Les FDN essayaient de pénétrer dans la région d'al-Masaken, une position clé de Fatemiyoun, dont les combattants avaient refusé de remettre les maisons qu'ils occupaient à leurs propriétaires légaux et aux FDN, a précisé al-Abed.

Fatemiyoun avait suggéré que les civils pouvaient rentrer dès lors que la division conservait le contrôle de la sécurité, une suggestion qui avait été refusée par les FDN, a-t-il ajouté.

Les civils qui ont fini par réintégrer leurs maisons les ont retrouvées vidées de leur contenu, a-t-il ajouté, car les éléments de Fatemiyoun les avaient pillées avant et pendant leur retrait.

Le CGRI étend son influence dans la région

Les tensions entourant cette situation avaient suscité des affrontements entre les deux parties, et avaient poussé Fatemiyoun à encercler et à arrêter ses opposants dans les rangs des FDN.

Par ailleurs, a précisé al-Abed, un comité conjoint composé de membres de l'armée du régime syrien et du commandement régional du Corps des Gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) contrôle actuellement Albou Kamal et ses environs.

Les régions contrôlées par le régime syrien dans la campagne de l'est de Deir Ezzor sont petites, a poursuivi al-Abed, tandis que la région contrôlée par les milices affiliées au CGRI s'est étendue.

Le CGRI a récemment ouvert un centre de recrutement de jeunes dans la région dans la ville d'al-Jalaa qui est directement affilié au bureau du représentant du Wali al-Faqih (le Guide suprême Ali Khamenei) en Syrie.

« Les jeunes y sont attirés par l'argent et des salaires mensuels qui dépassent les salaires versés par l'armée du régime syrien et les FDN », a précisé al-Abed.

Le CGRI cherche ainsi à dominer les efforts de recrutement et à empêcher l'armée syrienne ou les FDN de recruter des jeunes ou de leur faire effectuer leur service militaire obligatoire.

Aimez-vous cet article?

5 Di icons no

1 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
Comment bubble | 2018-10-25

Le gouvernement iranien essaie de pousser tous les pays arabes à changer leurs idées et guider leurs sectes par tous les moyens au détriment des êtres humains sur terre.

Répondre