http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/10/03/feature-03

Sécurité |

2018-10-03

Les derniers éléments de l'EIIS acculés dans le bassin du Tigre

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Les forces irakiennes mènent une opération de recherche sur les berges du Tigre à al-Qayyarah, au sud de Mossoul. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]
Les forces irakiennes mènent une opération de recherche sur les berges du Tigre à al-Qayyarah, au sud de Mossoul. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Les forces irakiennes ont intensifié leurs efforts pour chasser les derniers éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) du bassin du Tigre au sud de Mossoul, ont expliqué des responsables.

Les éléments de l'EIIS avaient facilement pu se cacher au milieu de la végétation très dense qui couvre les berges du Tigre, mais ils commencent maintenant à perdre leur emprise sur cette zone.

À la mi-septembre, la 20e unité de commandement de l'armée, ainsi que plusieurs brigades et les forces d'intervention spéciale de Ninive ont lancé une opération visant les zones situées sur la berge ouest du Tigre, notamment al-Qayyarah, al-Shura et Hammam al-Alil.


Un officier des forces spéciales irakiennes donne ses ordres à ses troupes avant un assaut contre un tunnel de « l'État islamique en Irak et en Syrie » à al-Shura, au sud de Mossoul. [Photo fournie par le commandement de la police de Ninive]

Un officier des forces spéciales irakiennes donne ses ordres à ses troupes avant un assaut contre un tunnel de « l'État islamique en Irak et en Syrie » à al-Shura, au sud de Mossoul. [Photo fournie par le commandement de la police de Ninive]

Les forces de sécurité ont ratissé 35 villages, arrêté quinze activistes et détruit quinze maisons de repos, un tunnel et douze engins explosifs improvisés (EEI).

Elles ont également mis en place un centre d'opérations sur le terrain pour maintenir la sécurité.

Ces dernières semaines, les forces de sécurité ont accentué leur activité dans le bassin du Tigre, a expliqué à Diyaruna le directeur du district d'al-Qayyarah, Saleh al-Jubury.

Cette opération a été décrite comme « la plus importante de la sorte depuis la libération de ces régions il y a deux ans », a-t-il poursuivi, soulignant qu'elle couvrait une large portion du territoire, dans le but d'éradiquer les éléments restants de l'EIIS.

« Les opérations de sécurité ont transformé cette région, riche en îles, en prairies et en caches naturelles, en un espace n'offrant plus aucune sécurité aux éléments terroristes », a précisé al-Jubury.

Depuis la mi-septembre, 17 membres de l'EIIS ont été abattus dans la seule localité d'al-Qayyarah, a-t-il ajouté. Trois maisons de repos ont été détruites, des armes et des munitions ont été saisies, et des véhicules et des bateaux appartenant au groupe ont été incendiés.

« Nous pouvons affirmer que l'EIIS a perdu 90% de son emprise clandestine en un bref laps de temps dans la région du bassin et sur les îles désertiques proches », a-t-il ajouté. « Ces opérations de recherche ont pris les terroristes par surprise. »

Cette opération a réussi grâce à l'excellent niveau de coopération entre les diverses unités militaires et la population civile locale, a-t-il tenu à préciser.

« Nos renseignements nous indiquent qu'un petit groupe d'éléments de l'EIIS se cache dans les zones ciblées », a-t-il ajouté. « Ils n'ont aucune chance de survie. »

Réduction de la menace

Les récentes opérations de sécurité ont « détruit les éléments de l'EIIS » et réduit la menace qui pouvait persister, a expliqué Khalid al-Jarallah al-Jubury, directeur du district administratif al-Shura de Ninive.

Les résidus du groupe ont « perdu leur refuge », a-t-il indiqué à Diyaruna, maintenant que les îles du milieu du fleuve, connues sous le nom d'al-Hawayij, et les villages de l'ouest du fleuve sont sécurisés et surveillés.

Les forces de sécurité, dirigées par le commandement des opérations de Ninive, l'armée et la police, ont activement pris pour cible plusieurs sites secrets que les résidus de l'EIIS pensaient être difficilement accessibles, a-t-il précisé.

Le 17 septembre, des unités des renseignements militaires ont mis à jour une importante cache d'armes sur l'île d'al-Shura, qui contenait plus de 100 obus de mortiers appartenant à l'EIIS.

« L'aviation irakienne a détruit plus de cinq tunnels naturels appelés [al-mughur] et qui, selon les renseignements, abritaient entre dix et quinze terroristes ayant tous été abattus ou ensevelis sous les décombres », a-t-il poursuivi.

Le rôle des forces de sécurité dans l'expulsion de l'EIIS de ces zones situées au sud de Mossoul « est de plus en plus important », a expliqué à Diyaruna Hassan Shubeib al-Sabaawi, membre du conseil provincial de Ninive.

Il a également félicité la population locale pour l'aide qu'elle apporte aux forces de sécurité qui traquent les derniers éléments de l'EIIS.

« L'influence des membres de l'EIIS se réduit de manière significative dans ces régions, notamment après les récentes opérations », a-t-il précisé. « Le bassin du Tigre, qui était un terrain fertile pour les terroristes fuyant les combats pour la libération, est devenu leur sépulture. »

Et de conclure : « Tous les endroits où ils se terrent sont détruits les uns après les autres. »

Aimez-vous cet article?

4 Di icons no

1 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
Comment bubble | 2018-10-07

Que Dieu bénisse nos forces de sécurité héroïques! Que Dieu vous protège, héros!

Répondre