Jeunesse |

2018-09-14

Les scouts sont un incubateur pour les milices liées au CGRI en Syrie

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des scouts de l'imam al-Mahdi défilent dans la ville syrienne de Nubl, où ils ont fortement implanté leur présence. [Photo fournie par Bahaa al-Sahli]
Des scouts de l'imam al-Mahdi défilent dans la ville syrienne de Nubl, où ils ont fortement implanté leur présence. [Photo fournie par Bahaa al-Sahli]

Les troupes de scouts ont proliféré dans les régions syriennes contrôlées par le régime et le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), qui portent les mêmes noms que les troupes de scouts affiliées au Hezbollah au Liban, ont rapporté des militants.

Ces troupes de scouts, appelées les scouts de l'imam al-Mahdi, forment de nombreux jeunes qui intègrent ensuite les rangs des milices affiliées au CGRI en Syrie, ont-ils expliqué à Diyaruna.

Les troupes de scouts affiliées au CGRI sont apparues pour la première fois en 2011 dans la région de Sayyida Zainab près de Damas, et dans les villes de Nubl et al-Zahra, dans la campagne d'Alep, a rappelé le militant Bahaa al-Sahli, qui habite dans le camp de Yarmouk, dans le sud de Damas.


Un membre d'une troupe de scouts de l'imam al-Mahdi et un combattant d'une milice affiliée au CGRI lors de récentes célébrations. [Photo fournie par Bahaa al-Sahli]

Un membre d'une troupe de scouts de l'imam al-Mahdi et un combattant d'une milice affiliée au CGRI lors de récentes célébrations. [Photo fournie par Bahaa al-Sahli]

Elles se sont ensuite disséminées lorsque le CGRI a étendu son influence en Syrie, a-t-il raconté à Diyaruna, et elles sont désormais présentes à Damas, Latakia, Tartous et Alep.

Une nouvelle commission de scouts est également en cours de création à Deir Ezzor.

Ces troupes font des apparitions lors de fêtes religieuses, défilant en uniformes militaires, a rapporté al-Sahli.

« Attiser les flammes du sectarisme religieux est l'élément central du processus de recrutement pour ces groupes », a déclaré al-Sahli.

Le sentiment de loyauté envers le CGRI est renforcé lors du processus de recrutement, a-t-il fait savoir, qui est basé sur la notion que les zones contrôlées par le régime syrien doivent être défendues contre une guerre sectaire menée contre eux.

Pressions politiques et financières

Les parents syriens se retrouvent sous des pressions politiques et financières pour permettre à leurs enfants de rejoindre les scouts, a déclaré al-Sahli.

Le refus des parents d'envoyer leurs fils rejoindre les scouts les expose à des pressions des milices affiliées au CGRI, tandis que ceux qui ont accepté sont parfois récompensés par des vêtements, des fournitures et des manuels scolaires, a-t-il rapporté.

De l'aide et de la nourriture sont distribuées lors des fêtes religieuses, une méthode utilisée par le CGRI pour profiter de la situation financière difficile dans laquelle se trouvent la plupart des Syriens et pour servir ses propres intérêts.

Les camps des scouts de l'imam al-Mahdi sont comme des camps d'entraînement militaires, a fait savoir al-Sahli, et ils commencent par un entraînement physique éprouvant avant de passer à l'instruction d'utilisation d'armes de tous types.

Il a comparé ces camps à ceux des « Lionceaux du califat » créés par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans ces deux pays pour former de futurs combattants.

L'objectif principal des scouts de l'imam al-Mahdi est de recruter des enfants et de servir de réservoir humain pour approvisionner les milices présentes en Syrie en combattants, a expliqué à Diyaruna Fathi al-Sayed, chercheur au Centre al-Sharq d'études régionales et stratégiques.

Incubateur de combattants

« La version syrienne des scouts d'al-Mahdi est une réplique de la version établie par le Hezbollah au Liban », a déclaré al-Sayed.

« Le parti a commencé à former des troupes de scouts à l'époque de sa création, et il a recruté des milliers d'enfants qui ont ensuite intégré ses rangs », a-t-il déclaré, précisant que nombres de ses combattants actuels sont issus de ces troupes de scouts.

La création de ces troupes a été observée avec intérêt par les commandants du CGRI, au point que le général Hessam Khoshnevis, de la force d'élite Qods (et qui fut tué en Syrie en 2013), a été envoyé à Damas en 2010 pour créer la première troupe de scouts, a relaté al-Sayed.

Il avait été épaulé à l'époque par plusieurs formateurs venus du Liban et d'Iran.

Des bulletins d'informations publiés par les milices affiliées au CGRI en Syrie ont annoncé la mort d'un grand nombre de ces enfants-soldats au combat, a rapporté al-Sayed.

« Cela prouve que leur projet de faire de ces enfants des combattants a été mis à exécution, et qu'ils sont impliqués dans des activités militaires et pas seulement dans des activités sociales de scouts, comme le prétend la Syrie », a-t-il affirmé.

La majorité des scouts d'al-Mahdi tués en Syrie venaient des villes de Nubl et d'al-Zahra, et de la ville d'Homs et ses alentours, a-t-il ajouté, et la plupart d'entre eux avait d'abord combattu dans les rangs du Hezbollah libanais.

Des unités spéciales ont été créées pour eux, comme le Hezbollah syrien.

Rien à voir avec les scouts traditionnels

Les scouts de l'imam al-Mahdi semblent au premier abord impliqués dans des activités de scouts classiques, a déclaré à Diyaruna Haytham al-Haddad, habitant de Damas, « mais la vérité est qu'ils sont on ne peut plus différents d'un groupe de scouts traditionnel ».

Les enfants sont recrutés dans la communauté chiite, et l'accent est d'abord mis sur des études sectaires de nature incitative, a-t-il déclaré.

Vient ensuite la phase de tri sous l'apparence de camps de scouts, a-t-il poursuivi, pendant laquelle les enfants sont observés et leurs forces identifiées. À l'issue de ces programmes, les scouts maîtrisent l'art du combat et de la guerre.

À l'âge de seize ans, certains scouts deviennent des combattants dans les rangs de la milice, tandis que d'autres sont assignés dans d'autres branches ou fonctions, selon leurs capacités.

Selon al-Haddad, « les habitants de Damas désapprouvent les défilés et les parades des scouts de l'imam al-Mahdi faites à chaque occasion, et parfois sans aucune occasion, car cela est étranger à la société syrienne ».

Les troupes de scouts existaient en Syrie, a-t-il déclaré, et bien qu'elles aient eu un caractère partisan, elles convenaient aux activités des enfants, qui étaient bien éloignées du sectarisme et de l'incitation sectaire.

Aimez-vous cet article?

15 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha