Sécurité |

2018-09-13

L'Irak renforce la coopération antiterroriste internationale

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi prononce un discours lors de la Conférence sur la sécurité de Munich le 18 février, appelant à une forte coopération internationale pour lutter contre le terrorisme. [Photo fournie par les services de la primature irakienne]
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi prononce un discours lors de la Conférence sur la sécurité de Munich le 18 février, appelant à une forte coopération internationale pour lutter contre le terrorisme. [Photo fournie par les services de la primature irakienne]

La coopération des renseignements antiterroristes entre l'Irak et d'autres pays a permis de démanteler plusieurs cellules liées à « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) et de faire échouer plusieurs attaques potentielles, ont expliqué des responsables irakiens.

Les efforts de collaboration entre l'Irak et les pays de la coalition internationale ont donné d'importants résultats dans le domaine du contre-terrorisme, a expliqué à Diyaruna Amir al-Saidi, spécialiste des affaires stratégiques et politiques.

« La coalition a travaillé avec nous et nous a apporté un soutien militaire direct, ce qui nous a aidés à vaincre le terrorisme et à reprendre nos villes », a-t-il ajouté.


Le ministre irakien de la Défense Irfan al-Hayali observe le travail des services de renseignement qui analysent les documents trouvés dans des repaires de l'EIIS. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Le ministre irakien de la Défense Irfan al-Hayali observe le travail des services de renseignement qui analysent les documents trouvés dans des repaires de l'EIIS. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Depuis la défaite militaire de l'EIIS en Irak, cette coopération a pris « une nouvelle direction et se concentre désormais sur les efforts de renseignements et l'échange d'informations », a-t-il poursuivi.

« En se basant sur des renseignements précis de la cellule des Faucons irakiens, la force aérienne de la coalition internationale a pu procéder à plusieurs frappes sérieuses contre les repaires de l'EIIS, ciblant les principaux leaders du groupe en Irak et en Syrie », a-t-il précisé.

« Lors des opérations visant à libérer nos villes, les forces irakiennes ont pu mettre la main sur des dizaines de documents importants relatifs à l'activité de l'EIIS et aux cellules secrètes du groupe dans le monde entier », a-t-il encore ajouté.

« Une menace pour tous les pays »

Les confessions obtenues des leaders et des éléments de l'EIIS ont également fourni des renseignements sur des projets visant d'autres pays, a-t-il expliqué, que le gouvernement irakien a partagés avec les agences de renseignement de ceux-ci, a poursuivi al-Saidi.

Le 16 août, le président irakien Fouad Massoum a déclaré au quotidien égyptien Youm7 que « Bagdad et Le Caire ont réussi à faire avorter des plans terroristes de l'EIIS de s'en prendre à l'Égypte », ajoutant que la coopération bilatérale avait permis de mettre à jour plusieurs cellules terroristes.

Le 5 août, la Jordanie et l'Irak ont signé un accord de protection frontalière, de contre-terrorisme et de renforcement des capacités de renseignement, a fait savoir le Jordan Times.

Cet accord facilitera l'échange d'expertise et d'informations sur la protection des frontières, améliorera les capacités de renseignements et aidera à combattre toutes les formes de terrorisme, entre autres dispositions.

L'Irak s'est également engagé dans une collaboration en matière de renseignements avec l'Europe, et a joué « un rôle central » dans la découverte de dangereux leaders terroristes qui planifiaient de mener des attaques sur le continent, a expliqué al-Saidi.

L'EIIS « ne respecte pas les frontières géopolitiques et il cible tous les pays sans exception », a expliqué Issam al-Fayli, professeur de sciences politiques à l'Université al-Mustansiriyah.

Il est important de « développer un système global de collaboration en mettant sur pied une vaste salle des opérations destinée à échanger des renseignements et à créer une base de données commune qui aidera à traquer et à capturer les terroristes », a-t-il expliqué à Diyaruna.

L'Irak réalise « des progrès en matière d'augmentation du niveau de collaboration sécuritaire et de renseignements au niveau régional et sur le plan international », a-t-il poursuivi.

« Grâce à la richesse de l'expertise et des informations que les Irakiens ont acquise, il est désormais plus facile de perturber les activités de l'EIIS dans toutes les régions du monde par le biais d'accords conjoints », a-t-il ajouté.

Collaboration de renseignements

La collaboration internationale en matière de renseignements pour combattre l'EIIS est « de première importance », a déclaré à Diyaruna Hassan Shubeib al-Sabawi, membre du conseil provincial de Ninive.

« La priorité doit être accordée à ce volet, car le terrorisme est une menace internationale », a-t-il ajouté.

« Un grand nombre de terroristes ont fui l'Irak après la défaite sur le champ de bataille et certains sont rentrés dans leur pays ou sont partis vers d'autres pays », a-t-il expliqué.

Ces éléments en fuite peuvent être considérés comme des « bombes à retardement », a-t-il déclaré.

« Ces individus ne devraient pas être libres et doivent être traqués et arrêtés, ce qui ne sera possible que s'il existe un effort conjoint d'échange de renseignements entre les pays », a souligné al-Sabawi.

Pour ce faire, a-t-il poursuivi, les autorités irakiennes tentent de créer un climat de compréhension mutuelle avec d'autres pays de la région et dans le monde.

« Chaque fois que nous rencontrons une mission diplomatique, la question du renforcement des échanges de renseignements est toujours la priorité », a-t-il ajouté.

« Les représentants des différents pays partagent cette même insistance et ont fait part de leur intention d'éradiquer totalement le terrorisme », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha