http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/09/12/feature-01

Éducation |

2018-09-12

À Mossoul, une scène artistique vibrante naît dans les décombres

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des acteurs de l'Institut des Beaux-Arts de Mossoul participent à un spectacle en juillet 2017 dans un bâtiment du campus qui avait été endommagé par l'EIIS. [Photo extraite du site internet d'Aïn al-Mosul]
Des acteurs de l'Institut des Beaux-Arts de Mossoul participent à un spectacle en juillet 2017 dans un bâtiment du campus qui avait été endommagé par l'EIIS. [Photo extraite du site internet d'Aïn al-Mosul]

Les activités artistiques en tous genres, qui étaient interdites à Mossoul lorsque la ville était sous le contrôle de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), connaissent un renouveau.

Le Collège des Beaux-Arts de l'université de Mossoul a été le fer de lance du renouveau d'une scène artistique vibrante dans cette ville de la province de Ninive, et d'autres institutions et diverses initiatives de terrain suivent le mouvement.

L'université de Mossoul a souffert de dégâts importants aux mains des éléments de l'EIIS qui souhaitaient effacer son existence et interdire l'étude ou la pratique des arts, que leur idéologie extrémiste considérait comme « contraire à la religion ».


Un artiste irakien donne aux étudiants de l'université de Mossoul un cours de peinture, sur cette photo publiée en ligne le 10 mars. [Photo fournie par le département des activités estudiantines de l'université de Mossoul]

Un artiste irakien donne aux étudiants de l'université de Mossoul un cours de peinture, sur cette photo publiée en ligne le 10 mars. [Photo fournie par le département des activités estudiantines de l'université de Mossoul]

Mais lorsque les forces irakiennes ont repris le contrôle de la ville, les étudiants en art ont pu reprendre leurs études et les expositions de peintures et de sculptures ont fait leur réapparition, tout comme les productions théâtrales et les festivals de musique et de chant.

Certains artistes ont choisi de représenter les temps difficiles qu'ils avaient connus sous le règne de l'EIIS, lorsqu'ils souffraient d'actes de violence ou de persécution.

D'autres apportent des messages plus optimistes d'un avenir meilleur dans leurs œuvres, affichant leur détermination à emprunter le chemin de la liberté vers la reconstruction, a expliqué à Diyaruna Waheed Fareed, directeur de l'éducation à Ninive.

« L'art transmet un message humanitaire que l'idéologie extrémiste ne peut oblitérer, quels que soient les efforts concertés pour le réduire au silence et l'opprimer », a-t-il ajouté. « Il croîtra et prospérera à nouveau. »

« Lorsque les terroristes se sont emparés de notre ville, la première chose qu'ils ont faite a été de détruire les instituts des Beaux-Arts », a rappelé Fareed, ajoutant que le groupe avait également systématiquement détruit les activités artistiques scolaires.

« L'EIIS était très strict en matière d'art et de culture, car son système de pensée destructrice interdisait de tels intérêts », a-t-il poursuivi. « Quiconque ne respectait pas ce système de pensée était sévèrement puni. »

Renouveau artistique

La libération de Mossoul a ouvert la voie à un renouveau artistique, a continué Fareed.

« Nous avons commencé à reconstruire les instituts des Beaux-Arts, qui dispensent à nouveau des cours réguliers sur plusieurs sites, avec un grand nombre d'étudiants », a-t-il ajouté pour Diyaruna.

Les activités artistiques sont de plus en plus fréquentes, a-t-il expliqué, car les étudiants et les artistes cherchent à développer leurs identités et leurs intérêts.

Ils ont énormément souffert des privations, a-t-il déclaré, et souhaitent désormais exprimer leurs souffrances et leurs aspirations au travers de productions innovantes.

Le collège des Beaux-Arts de l'université de Mossoul a été la cible du vandalisme des éléments de l'EIIS, mais il est aujourd'hui « dans un meilleur état après les efforts de reconstruction », a indiqué à Diyaruna le président de l'université, Abuy Saeed al-Dewachi.

« L'ensemble des départements du collège ont été rouverts, les cours du soir ont fait leur retour, et nous envisageons d'étendre le collège avec l'ouverture de nouveaux départements dès que les moyens financiers seront disponibles », a-t-il précisé.

Parallèlement, le collège des Beaux-Arts a connu un énorme regain d'activité pour l'organisation de nombreux événements comme des festivals, des expositions et des pièces de théâtre.

Esprit de défiance

« Nous voulons nous débarrasser des résidus de l'idéologie de l'EIIS et confirmer que la liberté n'a pas de prix, et que l'art peut être mis au service du patriotisme, de la stabilité et du développement », a ajouté al-Dewachi.

L'esprit de défiance est fort, a affirmé à Diyaruna Hosam Eddin al-Abbar, membre du conseil provincial de Ninive.

En dépit de sa tyrannie, l'EIIS n'a pas réussi à éradiquer l'art de Mossoul, a-t-il poursuivi.

Le groupe avait détruit les théâtres et les ateliers où travaillaient les peintres, a-t-il expliqué, et s'en était pris aux monuments artistiques, notamment une statue du célèbre musicien irakien Othman al-Mosuli.

« Dès la libération, des artistes et des étudiants en art ont organisé des représentations théâtrales sur les décombres des bâtiments et des monuments du patrimoine pour déclarer ouvertement que l'art ne meurt jamais », a poursuivi al-Abbar.

Par ces actions, ils cherchaient également à afficher leur détermination de créer un avenir meilleur pour leur ville, a-t-il ajouté.

Et de conclure : « Notre ville est une mosaïque de cultures en raison de la diversité de sa société, et elle a donné à la culture irakienne une pléthore de professionnels du théâtre, d'acteurs, d'artistes et de musiciens. Ce flux continuera de donner et d'innover. »

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha