http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/09/06/feature-01

Sécurité |

2018-09-06

Dans la province d'al-Hasakeh, la ville de Markada retrouve son dynamisme

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Le centre médical récemment inauguré de la ville syrienne de Markada offrira des services médicaux aux habitants de la ville et des villages alentour. [Photo fournie par Ammar Saleh]
Le centre médical récemment inauguré de la ville syrienne de Markada offrira des services médicaux aux habitants de la ville et des villages alentour. [Photo fournie par Ammar Saleh]

Les habitants de la ville syrienne de Markada, un important marché, travaillent avec les autorités locales pour rétablir les services de base et reconstruire les bâtiments endommagés après l'expulsion en novembre de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Cette ville, située près d'al-Shaddadi dans le sud de la province d'al-Hasakeh, ressemble aujourd'hui à un grand chantier de construction, et le centre municipal récemment ouvert fait office de centre de coordination de tous les projets de réhabilitation locaux.

Depuis que les Forces démocratiques syriennes (FDS) et le Conseil militaire de Deir Ezzor ont libéré Markada, l'activité commerciale reprend et la ville retrouve son dynamisme, a expliqué à Diyaruna le militant dans les médias Ammar Saleh.

Les travaux de reconstruction sont menés par les municipalités et le conseil du canton d'al-Hasakeh, a-t-il indiqué.

Le conseil d'al-Hasakeh a équipé le centre municipal de Markada, point de coordination des efforts de reconstruction en cours, en coordination avec le conseil civil de la ville.

« Ce centre municipal a été inauguré en présence d'un grand nombre d'habitants, et a été baptisé Centre municipal populaire », a ajouté Saleh.

Le ruban a été coupé par le père de l'un des martyrs de la ville tombé lors des combats contre l'EIIS, a-t-il poursuivi.

Reconstruire Markada

Le conseil du canton d'al-Hasakeh a fourni les engins de chantier qui ont permis au conseil de la ville de débarrasser celle-ci des résidus de la guerre et des talus en terre qui bloquaient les rues de Markada et de ses environs, et de rétablir la circulation, a expliqué Saleh.

Ces travaux ont eu lieu après que les équipes techniques eurent terminé de déminer la ville, a-t-il ajouté, ce qui « a encouragé presque tous les habitants à revenir ».

« Les conseils locaux de la région distribuent de la nourriture aux habitants pour les aider à traverser cette phase », a-t-il indiqué, en leur fournissant de la farine, des légumes et des produits alimentaires de base.

Les soins médicaux étaient « quasiment inexistants dans la ville de Markada », a expliqué le docteur Hussein Dhabit, membre de la commission de santé du conseil civil de Markada.

Apporter des soins était donc « une priorité essentielle en raison de la distance qui sépare Markada et ses villages alentour des autres villes et villages où les soins médicaux essentiels étaient assurés », a-t-il ajouté pour Diyaruna.

Grâce à une bonne coopération entre le conseil civil de la ville et la commission de santé d'al-Hasakeh, un centre médical a été ouvert pour assurer des services à Markada et à 70 villages environnants, a-t-il poursuivi.

Ce centre a été doté d'une pharmacie et d'une ambulance pour permettre de transporter les cas critiques vers la ville d'al-Hasakeh, a ajouté Dhabit.

« Ces services sont assurés par deux médecins assistés de six infirmiers », a-t-il précisé, soulignant que l'ouverture de ce centre avait été bien accueillie par les habitants qui avaient longtemps souffert d'un manque d'accès à des services médicaux et d'urgence.

Répondre aux besoins de base

« La commission des services du conseil civil de Markada tente de répondre aux besoins de base des habitants de la ville et des villages proches », a expliqué à Diyaruna Amer al-Abdoullah, membre de cette commission.

Elle a obtenu du carburant et du gaz domestique, qui manquaient depuis près de deux ans, a-t-il indiqué, et a mis en œuvre une solution temporaire au problème de l'approvisionnement en eau potable en mettant à disposition quatre citernes.

Chacune de ces citernes a une capacité de 10 000 litres, a-t-il précisé.

« Ces citernes ont été mises à la disposition de la commission des services et ont été fournies par les conseils civils d'al-Hasakeh et d'al-Shaddadi », a poursuivi al-Abdoullah.

Elles fonctionneront jusqu'à ce que les réparations soient terminées sur les stations de pompage d'eau potable et le réseau de distribution, fortement endommagés lors des combats pour chasser l'EIIS.

Al-Hasakeh souffre d'une grave pénurie d'eau en raison des dégâts infligés à la station de pompage d'al-Suwar, qui alimente Markada, al-Suwar, al-Arisha, al-Dashisha, al-Alwa, al-Sabaa wa-Arbaeen et al-Shaddadi, a-t-il fait savoir.

« Les travaux sont en cours pour la réparer avec la coopération et le soutien du service des affaires civiles de la coalition internationale », a conclu al-Abdoullah.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha