http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/08/20/feature-02?di_exp_001=true&locale_switch_001=true

×
×

Sécurité |

Les forces irakiennes arrêtent des éléments de l'EIIS impliqués dans les attentats de Sinjar en 2014

Khalid al-Taie

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook

Les forces de sécurité irakiennes arrêtent deux hommes suspectés de terrorisme. Le commandement de la police de Ninive a annoncé le 18 août l'arrestation d'un membre de l'EIIS ayant pris part à l'attaque par le groupe en 2014 contre Sinjar et le massacre de yézidis qui s'en est suivi. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Un élément de « l'État islamique en Irak et en Syrie » qui avait participé à l'attaque du groupe contre Sinjar, dans la province de Ninive, il y a quatre ans, a été arrêté, a fait savoir le commandement de la police de Ninive lundi 20 août.

Samedi, le service anticriminalité de Tal Afar a appréhendé Moustafa Hamza Moustafa Abd Al Mala, recherché pour des accusations liées au terrorisme, dans le village d'al-Elu à Tal Afar, à l'ouest de Mossoul.

Il a avoué avoir juré fidélité à l'EIIS le 25 juin 2014 à la mosquée d'al-Nour Mosque, à Hasankawi, dans le district de Tal Afar.

Il a également avoué avoir participé à des batailles contre les forces irakiennes, agissant en tant que servant de mortier, et lors de l'attaque de Sinjar le 3 août 2014, tuant et enlevant des yézidis, et prenant leurs femmes comme esclaves.

Plan d'amélioration des actions de renseignements

L'arrestation d'Abd Al Mala fait partie du plan du commandement de la police de Ninive visant à renforcer les actions de renseignements dans toutes les directions et tous les régiments d'urgence de la province, a fait savoir le lieutenant-colonel Mazen al-Ahmadi, responsable des médias de la police de Ninive.

Ce plan est mis en œuvre avec le soutien du ministre de l'Intérieur, Qasim al-Araji, et sous la supervision sur le terrain du général de brigade et chef de police Hamad Namis al-Jubury, a-t-il rapporté à Diyaruna.

« Depuis son lancement début février, le plan a connu d'importants succès qui se sont directement reflétés dans la situation de sécurité à Mossoul et dans d'autres villes de la province », a-t-il expliqué.

« Au cours des sept derniers mois, nous avons arrêté au moins 2000 éléments sur la base d'informations données par les habitants locaux », a déclaré al-Ahmadi.

« Beaucoup des terroristes arrêtés étaient sous le coup de divers mandats d'arrêt », a-t-il indiqué, ajoutant qu'ils formaient des cellules dormantes et se cachaient parmi la population civile.

Des poursuites juridiques sont en cours contre les éléments terroristes arrêtés, a-t-il fait savoir, et leurs déclarations sont enregistrées avant qu'ils soient déférés devant le tribunal pour y recevoir une sentence juste.

Agissant sur des informations des habitants locaux, la police de Ninive a arrêté le 18 août deux personnes suspectées de terrorisme ayant servi dans le « bureau de sécurité » de l'EIIS dans le quartier d'al-Teseen, dans l'est de Mossoul.

Le 14 août, huit autres éléments de l'EIIS ont été arrêtés dans les quartiers d'al-Quds, d'al-Teseen et d'al-Intessar dans l'est de Mossoul.

Le même jour, cinq femmes membres de l'EIIS ont également été arrêtées dans le quartier d'al-Amn à Mossoul.

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook
Aimez-vous cet article?
168
6

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha