http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/08/08/feature-02

Terrorisme |

2018-08-08

Manifestations contre Tahrir al-Sham dans la campagne d'Idlib

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Les habitants de la ville d'Hazareen, dans la campagne d'Idlib, brandissent des pancartes demandant la libération des prisonniers de Tahrir al-Sham. [Photo fournie par Moussab Assaf]
Les habitants de la ville d'Hazareen, dans la campagne d'Idlib, brandissent des pancartes demandant la libération des prisonniers de Tahrir al-Sham. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Les habitants de la ville d'Hazareen, dans le sud de la province d'Idlib, sont descendus dans la rue cette semaine pour demander que Tahrir al-Sham relâche le directeur du Conseil militaire de la ville, ont rapporté des militants à Diyaruna.

Les manifestants bloquent les routes avec des pierres et des feux de pneus depuis samedi 4 août pour exiger la libération immédiate du lieutenant-colonel Ahmed Khalid al-Qanatri, a déclaré le militant Moussab Assaf.

Al-Qanatri, qui a été arrêté la semaine dernière par l'alliance extrémiste, « avait déserté l'armée syrienne après le début de la révolution [syrienne], et il n'appartient à aucun groupe armé », a précisé Assaf.

« Il a dédié ses efforts à protéger cette ville depuis la fondation du Conseil militaire il y a plusieurs années », a-t-il ajouté.

Al-Qanatri a été arrêté avec un autre officier du nom d'Ahmed Abdel Jabbar Abdoul Aziz, a-t-il précisé.

« L'arrestation d'al-Qanatri a été provoquée par des tensions entre son conseil et Tahrir al-Sham, qui a émis des mandats d'arrêt contre 17 femmes d'Hazareen pour avoir manifesté contre le groupe et avoir rejeté sa présence dans la région », a déclaré Assaf.

Al-Qanatri « s'est opposé à cette décision et a refusé de remettre ces femmes, ce qui l'a mis en confrontation directe avec le groupe, entraînant son arrestation », a-t-il indiqué.

Assaf a fait remarquer que le rejet de Tahrir al-Sham est visible dans plusieurs régions d'Idlib, en particulier dans les villes d'al-Atareb et de Maarat al-Numan, qui connaissent également des manifestations de temps en temps.

Les manifestations contre l'alliance extrémiste se sont étendues jusqu'à un camp de déplacés internes près du passage frontalier de Bab al-Hawa avec la Turquie, où les résidents ont organisé des manifestations après que Tahrir al-Sham leur eut intimé d'évacuer le camp.

Une patrouille de Tahrir al-Sham a ouvert le feu sur les manifestants, en blessant plusieurs, qui ont été transportés à l'hôpital pour y être soignés, a rapporté Assaf.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha