http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/07/25/feature-01

Économie |

2018-07-25

L'Irak rouvre des routes principales après l'expulsion de l'EIIS

Di icons tw 35 Di icons fb 35

La route de Bagdad-Ramadi a été rouverte le 11 juillet après une période de fermeture de trois ans. [Crédit photo : page Facebook du gouverneur de l'Anbar Mohammed al-Halboussi]
La route de Bagdad-Ramadi a été rouverte le 11 juillet après une période de fermeture de trois ans. [Crédit photo : page Facebook du gouverneur de l'Anbar Mohammed al-Halboussi]

Les provinces irakiennes assistent à un retour progressif du trafic routier et du commerce alors que les routes inter-provinciales sont en cours de réouverture après l'expulsion de « l'Etat Islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

La route vitale Bagdad-Ramadi a été remise en état le 11 juillet après une fermeture de trois ans.

C'est l'une des principales routes liant la capitale Bagdad à la province de l'Anbar dans l'ouest de l'Irak menant jusqu'à la frontière avec la Jordanie et la Syrie.


La police irakienne se déploie le long de la route de Bagdad-Kirkouk dans le cadre des efforts intensifiés pour sécuriser la route contre les attaques des éléments restants de l'EIIS. [Crédit photo : Commandement de la police fédérale]

La police irakienne se déploie le long de la route de Bagdad-Kirkouk dans le cadre des efforts intensifiés pour sécuriser la route contre les attaques des éléments restants de l'EIIS. [Crédit photo : Commandement de la police fédérale]

La route a subi des travaux de réparation temporaires puisque les dégâts causés à son infrastructure nécessitent beaucoup de temps et d'efforts pour la réparer, affirment les responsables. Ainsi, les ponts le long de la route ont été remplacés par des ponts de détour temporaires.

La route a été également équipée d'un point de contrôle principal doté de dispositifs sonar pour fouiller les véhicules et elle est constamment surveillée par les patrouilles de sécurité.

Artère vitale

« La route lie Bagdad directement à Ramadi [capitale provinciale de l'Anbar] et constitue une partie vitale de la route internationale qui s'étend de l'ouest vers passage frontalier de Trebil avec la Jordanie et le passage de al-Waleed avec la Syrie », a affirmé un membre du conseil provincial de l'Anbar Naeem al-Koud.

« Lorsque la route internationale était entièrement opérationnelle [avant que l'EIIS n'envahissait l'Irak], notre province générait des milliards de dollars de revenu annuellement », a-t-il confié à Diyaruna.

C'était une route commerciale active et un pilier essentiel de l'économie de la province de l'Anbar, a-t-il affirmé, ajoutant que l'activité commerciale retourne progressivement à la normale.

Depuis la réouverture du passage de Trebil août dernier, la route de Bagdad-Ramadi déborde à nouveau de l'activité des camions et des passagers « bien que pas de la même cadence », a signalé al-Koud.

Cette activité renouvelée contribuera au renforcement du commerce, la stimulation des voyages et la croissance des revenus, a-t-il affirmé.

Toute la longueur de la route internationale a été sécurisée par les forces conjointes d'al-Jazeera et les commandements des opérations de l'Anbar, la police fédérale, la Force des gardes-frontières et les forces tribales.

« Il n'y a pas de problèmes de sécurité », a souligné al-Koud. « Tout ce qu'il nous faut est le soutien pour accomplir les réparations et travaux de rénovation sur la route. »

Al-Koud a précisé que 100 ponts détruits avaient été rouverts dans la province de l'Anbar, ajoutant que le « pont japonais » sur la route internationale à l'est de la ville de Ramadi sera inauguré bientôt.

La route 'stratégique' de Mossoul-Dohouk

En plus de la route de Bagdad-Ramadi, plusieurs routes fermées ont été rouvertes à l'Anbar depuis la fin de 2017, y compris la route entre Haditha (à l'ouest de la province de l'Anbar) et Baiji (province de Salaheddine), et la route entre Bagdad et la ville de Falloujah (à l'est de la province de l'Anbar), aussi connue par l'ancienne route.

Les autorités locales de Ninive ont également rouvert plusieurs routes principales la première moitié de 2018, notamment la route stratégique de Mossoul à la ville de Dohouk dans le nord.

Cette voie terrestre, rouverte le 5 mars, est l'une des plus importantes en termes d'impact économique sur Ninive car elle lie la province au passage de Fish-Khabur sur le côté turc.

La fermeture de la route pour plus de trois ans a porté préjudice à la province de Ninive, mais elle a été bientôt rouverte, les marchandises affluent dans les marchés de Mossoul à nouveau et l'activité commerciale prospère, a fait savoir le membre du conseil provincial de Ninive Khalaf al-Hadidi.

Le voyage et le tourisme entre Mossoul et Dohouk s'améliorent aussi lentement, a-t-il affirmé à Diyaruna.

Sécurité renforcée

Toutes les routes rouvertes subissent des mesures de sécurité renforcée puisque la plupart d'elles traversent un terrain accidenté et de vastes vallées.

Les forces irakiennes ont récemment intensifié les efforts pour sécuriser la route de Kirkouk-Bagdad et les villages le long de la route, en particulier dans la province de Diyala au nord au lendemain des incidents terroristes qui y sont répétés.

« Le voyage sur la route de Kirkouk-Bagdad n'est plus inquiétant car les points de contrôle et de surveillance sont installés partout, et des opérations continues ciblent les poches et cellules de l'EIIS », a souligné le membre du conseil provincial de Kirkouk Maan al-Hamadani à Diyaruna.

Pendant ce temps, les routes de Kirkouk-Tikrit et Kirkouk-Baiji traversant la région de Hawija, et la route de Kirkouk-Mossoul qui traverse la région d'al-Dibs sont toutes « très sécurisées et l'activité de la circulation est normale », poursuit-il.

Elles subissent des mesures de sécurité préventives depuis leur réouverture l'année dernière, conclut-il.

Aimez-vous cet article?

2 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha