Sécurité |

2018-07-20

L'Irak créera des unités de police d'urgence à Ninive

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des combattants responsables de la protection de la zone d'al-Baaj dans le désert de Ninive près de la frontière irakienne avec la Syrie sont montrés ici le 10 juillet. [Crédit photo : Commandement de la police de Ninive]
Des combattants responsables de la protection de la zone d'al-Baaj dans le désert de Ninive près de la frontière irakienne avec la Syrie sont montrés ici le 10 juillet. [Crédit photo : Commandement de la police de Ninive]

Le gouvernement irakien s'est engagé à créer des unités d'urgence pour renforcer la sécurité dans les zones du désert de Ninive, a annoncé le commandement de la police de Ninive vendredi 20 juillet.

Le premier ministre Haider al-Abadi et le ministre de l'intérieur Qassim al-Araji ont promis de créer des unités de police d'urgence dans les zones du désert à al-Khodr et al-Baaj, a affirmé le chef de police de Ninive le général de brigade Hamad Namis al-Jubury à Diyaruna.

L'initiative entre dans le cadre d'un effort pour consolider la sécurité dans les vastes étendues du désert à Salaheddine et l'Anbar, qui s'étend jusqu'à la frontière avec la Syrie.


Les forces de sécurité sont à la recherche des éléments restants de l'EIIS dans la zone lointaine du désert à l'ouest de Mossoul dans cette photo publiée en-ligne le 11 mars. [Crédit photo commandos du commandement des opérations de Ninive]

Les forces de sécurité sont à la recherche des éléments restants de l'EIIS dans la zone lointaine du désert à l'ouest de Mossoul dans cette photo publiée en-ligne le 11 mars. [Crédit photo commandos du commandement des opérations de Ninive]

Entre-temps, poursuit-il, le commandement de la police de Ninive est mobilisé pour relever ce défi avec le personnel disponible.

« Nos forces sont déployées dans toutes les régions dans la province, menant des opérations de sécurité avec succès à la chasse des éléments terroristes restants parmi les civils ou à l'extérieur des villes », a-t-il indiqué.

« Nous menons des opérations de recherche quotidiennes sur la base d'informations exactes, qui nous parviennent dans la plupart de temps de la population locale qui coopère avec nous », a-t-il confié.

Eléments de l'EIIS capturés

Les opérations récentes ont eu des résultats positifs, et les forces de police ont arrêté 23 éléments extrémistes à l'est et à l'ouest de Mossoul.

Parmi eux figurent quatre hommes recherchés pour des accusations de terrorisme , a-t-il fait savoir.

Deux de ces hommes, qui étaient tous arrêtés à al-Zahraa et al-Qahera à l'est de Mossoul, travaillaient pour la cour de hesba (« police religieuse») de « l'Etat islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a-t-il ajouté.

L'un des hommes travaillait au bureau de la Charia ou iftaa de l'EIIS, poursuit-il, alors qu'un autre était un combattant de l'EIIS.

Le 12 juillet, la police a arrêté un élément de l'EIIS dans le quartier al-Rissala à l'ouest de Mossoul connu sous le nom d'Anmar Hashim Hamad.

Il a travaillait dans le « bureau des mosquées » du groupe, supervisant les serments d'allégeance par les volontaires qui s'inscrivent pour combattre dans les rangs de l'EIIS.

La police a libéré jeudi deux citoyens qui avaient été enlevés par l'EIIS près de al-Khodr, a déclaré al-Juboury.

« Pendant l'opération de libération, un affrontement violent a eu lieu avec les terroristes et nos troupes qui ont pu tuer cinq membres de l'EIIS », a-t-il ajouté.

Outre les arrestations, la police de Ninive saisit occasionnellement des cachettes d'armes et des ateliers de fabrication de munitions appartenant au groupe.

Aimez-vous cet article?

2 Di icons no

1 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
كسار خشوم الدواعش | 2018-09-03

O, Dieu préservez nos forces de sécurité irakiennes !

Répondre