http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/07/19/feature-01

Terrorisme |

2018-07-19

Le rapt des Irakiens montre la profondeur de la duplicité de l'EIIS

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Une capture d'écran extraite d'une vidéo de l'EIIS diffusée en ligne montrent des éléments du groupe exigeant la libération de prisonnières de l'EIIS des prisons irakiennes en échange de six personnes enlevées, qu'il a par la suite exécutées.
Une capture d'écran extraite d'une vidéo de l'EIIS diffusée en ligne montrent des éléments du groupe exigeant la libération de prisonnières de l'EIIS des prisons irakiennes en échange de six personnes enlevées, qu'il a par la suite exécutées.

« L'Etat islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) n'avait aucune intention de tenir sa promesse lorsqu'il a enlevé ces six Irakiens pour obtenir un échange de prisonniers, puis les a exécutés et enterré leurs corps avant que l'ultimatum qu'il avait lui-même fixé n'expire, ont expliqué des spécialistes.

Le groupe avait bel et bien l'intention d'assassiner les hommes qu'il avait enlevés, privant ainsi leurs enfants de leurs pères, ont-ils expliqué, et n'avait aucune intention de libérer « toutes » les femmes prisonnières contrairement à ce qu'il l'affirmait, seules quelques-unes qui étaient les épouses d'éléments de haut rang.

Dans un incident qui a scandalisé les Irakiens, l'EIIS avait enlevé ces six hommes dans la région de Hamreen et les avait exposés dans une vidéo le 23 juin, menaçant de les exécuter si Bagdad ne libérait pas les femmes détenues dans ses prisons sous trois jours.


Les forces irakiennes examinent des documents d'identité lors d'une opération de recherche dans le bassin du Tharthar, dans le cadre de l'opération Vengeance des martyrs. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Les forces irakiennes examinent des documents d'identité lors d'une opération de recherche dans le bassin du Tharthar, dans le cadre de l'opération Vengeance des martyrs. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Le 27 juin, l'armée irakienne a déclaré avoir retrouvé les corps de huit personnes le long de la grande route reliant Bagdad à Kirkouk, y compris les six hommes kidnappés.

Les corps retrouvés à Tel Sharaf, dans la province de Salaheddine, étaient en état de décomposition et avaient été attachés avec des vestes explosives.

Les examens ont révélé qu'ils avaient été exécutés quelques heures seulement après la diffusion de cette vidéo, et que l'EIIS n'avait jamais eu l'intention de s'en tenir à son propre ultimatum.

« Le mensonge est leur seule religion »

L'EIIS prétendait vouloir faire sortir toutes ses femmes des prisons irakiennes, « alors qu'en fait, il avait seulement l'intention de sauver certaines d'entre elles », a expliqué Hussain Allawi, professeur de sécurité nationale à l'Université al-Nahrain.

Le groupe souhaitait simplement libérer les femmes de ses leaders, a-t-il précisé à Diyaruna, « tandis que le reste pouvait aller en enfer ».

« Ce sont des hypocrites qui ne se préoccupent que de leurs petits intérêts spéciaux », a-t-il affirmé. « Le mensonge est leur seule religion. »

Parmi les prisonnières que l'EIIS souhaitait libérer se trouvait Mona al-Khlifawi, l'épouse de Samir Abd Mohammed al-Khlifawi, un commandant de l'EIIS de haut rang, proche d'Abou Bakr al-Baghdadi, a expliqué à Diyaruna le chercheur Hisham al-Hashimi.

Après la découverte des corps, les forces irakiennes ont lancé le 4 juillet une vaste opération, « Vengeance des martyrs », pour traquer les cellules de l'EIIS, ont arrêté plusieurs extrémistes et détruit des repaires et des maisons de repos.

Le gouvernement irakien avait lancé cette opération de recherche de ces six hommes dès la nouvelle de leur enlèvement, et avait fait clairement savoir qu'il ne négocierait pas avec les extrémistes.

« Il était catégorique sur le point de ne pas négocier avec l'EIIS parce qu'il s'agit d'un groupe terroriste indigne de toute confiance, comme l'ont montré les premiers résultats de l'enquête sur l'assassinat des six hommes enlevés », a déclaré al-Hashimi.

« Aucune valeur humanitaire »

Pour le spécialiste de la sécurité Maan al-Juboury, il n'est pas inhabituel qu'un groupe comme l'EIIS diffuse une propagande trompeuse et mensongère comme la vidéo des six personnes enlevées.

« Les crimes horribles commis par ce groupe et sa terrible histoire en Irak ne lui confèrent aucun crédit et un niveau de confiance minimum », a-t-il confié à Diyaruna.

« Les Irakiens en sont parfaitement conscients, et c'est la raison pour laquelle ils ont apporté leur soutien aux efforts du gouvernement pour lutter d'une poigne de fer contre tous les résidus terroristes, dès que le sort des personnes enlevées a été connu, a-t-il ajouté.

« L'EIIS n'est pas un groupe régi par des valeurs morales ou humanitaires, pas plus qu'il ne respecte le système et le droit international pour que nous puissions négocier avec eux », a-t-il conclu. « C'est une bande de barbares dont le seul but est de tuer et de terroriser. »

Aimez-vous cet article?

4 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha