http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/07/12/feature-02

Terrorisme |

2018-07-12

Des civils pris au piège par un affilié de l'EIIS à Yarmouk

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des enfants recrutés par Jaish Khalid ibn al-Walid, un affilié de l'EIIS, dans la province rurale occidentale de Daraa. [Photo fournie par Moussab Assaf]
Des enfants recrutés par Jaish Khalid ibn al-Walid, un affilié de l'EIIS, dans la province rurale occidentale de Daraa. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Jaish Khalid ibn al-Walid, un affilié de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a commencé à utiliser des civils comme boucliers humains dans les zones sous son contrôle dans la région du bassin de Yarmouk, dans le sud de la Syrie, a expliqué un militant.

Alors que les forces du régime syrien et de ses milices alliées se rapprochent des limites de la zone que le groupe contrôle, il n'a pas hésité à déclarer le territoire sur lequel il règne « Wilayat al-Yarmouk », une province du soi-disant « État islamique » de l'EIIS.

Et alors que cette décision renforce la probabilité d'une attaque généralisée contre lui, Jaish Khalid ibn al-Walid a commencé à empêché les civils de quitter les zones qu'il contrôle dans le bassin de Yarmouk, a expliqué le militant local Moussab Assaf à Diyaruna.


Un membre de Jaish Khalid ibn al-Walid lors de combats antérieurs dans la campagne de Daraa. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Un membre de Jaish Khalid ibn al-Walid lors de combats antérieurs dans la campagne de Daraa. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Cette interdiction de sortie a été prise et mise en œuvre mardi 10 juillet dans la soirée, a-t-il précisé, motivée par la fuite de 10 000 civils en direction de la campagne de Quneitra.

Les zones contrôlées par Jaish Khalid ibn al-Walid couvrent plus de quinze villes et villages, et des dizaines de petites exploitations agricoles à la frontière avec la Jordanie, notamment les villes de Sahm al-Golan, al-Shabraq et Adawan.

La plus grande partie de la province méridionale de Daraa était calme depuis vendredi, après qu'un accord de cessez-le-feu entre l'opposition et le régime, soutenu par la Russie, eut mis fin à près de trois semaines d'une offensive lancée par les forces gouvernementales.

Cet accord ne concerne toutefois pas Jaish Khalid ibn al-Walid.

Regain de violence

Mardi, le groupe a lancé une attaque suicide surprise qui a visé les forces du régime et de l'opposition dans la ville de Zaizoun, voisine des zones qu'il contrôle dans l'ouest de Daraa, tuant au moins quatorze personnes et en blessant de nombreuses autres.

À la suite de cette attaque, a poursuivi Assaf, certains éléments de l'Armée syrienne libre (ASL) présents dans la région ont porté assistance aux soldats blessés du régime et les ont transportés vers leurs hôpitaux de campagne, « ce qui a laissé une impression positive sur la région », a-t-il souligné.

Dans la nuit de jeudi, Jaish Khalid ibn al-Walid a repris le village de Hayt proche de la frontière jordanienne aux combattants de l'opposition qui avaient accepté de le rendre au régime, a précisé l'AFP.

« Après des affrontements violents, Jaish Khalid ibn al-Walid a pris le contrôle de Hayt malgré des frappes aériennes russes et du régime contre lui », a fait savoir le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme Rami Abdel Rahman.

Les combats qui se déroulent depuis mercredi ont coûté la vie à seize membres de l'opposition et à douze extrémistes, parmi lesquels deux kamikazes, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

6 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha