Sécurité |
2018-07-05

Frappes aériennes dans le sud de la Syrie après l'échec des pourparlers


De la fumée s'élève des zones occupées par l'opposition dans la ville de Daraa, lors de frappes aériennes par les forces du régime le 5 juillet. [Mohamad Abazeed/AFP]
De la fumée s'élève des zones occupées par l'opposition dans la ville de Daraa, lors de frappes aériennes par les forces du régime le 5 juillet. [Mohamad Abazeed/AFP]

Des vagues de frappes aériennes ont touché les zones tenues par l'opposition dans le sud de la Syrie jeudi 5 juillet, lorsque les forces du régime et leurs alliés ont lancé leur campagne de bombardement la plus intense depuis le début de l'offensive le 19 juin.

Ce nouvel assaut est intervenu après l'échec des pourparlers soutenus par la Russie mercredi visant à mettre fin à l'offensive dans la province de Daraa.

Près de 150 civils sont morts depuis le début de l'assaut, a rapporté l'observatoire, les Nations unies faisant quant à elles avoir que 330 000 personnes avaient été déplacées.

Des centaines de missiles et de bombes barils ont été utilisés par des avions syriens et russes au cours de la nuit, a fait savoir l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Rami Abdel Rahman, le directeur de cet observatoire, a déclaré que ce bombardement était une tentative de faire plier l'opposition, « après qu'elle a refusé de se soumettre aux termes russes d'un cessez-le-feu ».

Les frappes aériennes se poursuivent, a indiqué l'observatoire, ciblant la ville de Tafas dans le nord-ouest de la province de Daraa, et des bourgades et des villages près de la frontière jordanienne.

Six civils, dont une femme et quatre enfants, ont été tués dans la ville de Saida, que les forces terrestres du régime essayaient de reprendre, a-t-il précisé.

Les forces du régime ont pris le contrôle d'un poste de contrôle à la frontière jordanienne pour la première fois depuis plus de trois ans, a rapporté l'observatoire.

Échec des pourparlers arbitrés par la Russie

Cette intensification de l'assaut est intervenue après que l'opposition a déclaré mercredi que les pourparlers arbitrés par la Russie pour une reddition négociée sur la fin de l'offensive avaient échoué.

Plus de 30 villes du sud avaient déjà accepté de se rendre, étendant le contrôle du régime sur la province de Daraa à près de 60 %, deux fois ce qu'il était avant le début de l'offensive.

Les pourparlers de cette semaine ont porté sur le territoire restant de l'opposition dans la campagne de l'ouest de la province de Daraa et la moitié sud de sa capitale.

Après avoir rencontré une délégation russe mercredi après-midi, le commandement conjoint de l'opposition pour le sud a déclaré que les pourparlers avaient achoppé sur la question de la remise des armes lourdes par l'opposition.

Des sources proches de l'opposition ont indiqué que la Russie avait exigé qu'elle remette toutes ses armes lourdes en une fois, mais que les combattants de l'opposition voulaient le faire en plusieurs étapes.

La Russie a également signalé avoir refusé à certains combattants de l'opposition un passage en sécurité vers les territoires tenus par l'opposition dans d'autres parties de la Syrie.

Le Conseil de sécurité des Nations unies va se réunir jeudi en urgence à huis clos pour débattre de cette offensive.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha