Terrorisme |

2018-06-27

La bataille de Daraa se réchauffe alors que les extrémistes rejoignent la mêlée

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Horras al-Din, affilié à al-Qaïda, a annoncé sa participation aux batailles de Daraa. [Photo fournie par Yasser al-Turkmani]
Horras al-Din, affilié à al-Qaïda, a annoncé sa participation aux batailles de Daraa. [Photo fournie par Yasser al-Turkmani]

Alors que le régime syrien et ses alliés lancent une offensive pour reprendre les parties de la province de Daraa, dans le sud du pays, des groupes extrémistes ont attisé les flammes de la guerre en appelant leurs affiliés à se joindre à la lutte.

Les frappes aériennes de nuit ont mis hors service trois hôpitaux dans les villes contrôlées par l'opposition de Saida, al-Mseifra et al-Jiza, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme mercredi 27 juin.

Mercredi matin, les raids intensifs du régime syrien et russes, les roquettes et les bombes barils frappaient toujours les quartiers tenus par l'opposition, a rapporté l'AFP.


Les véhicules de l'armée syrienne libre traversent la campagne de Daraa pour rejoindre les fronts avec le régime syrien. [Photo fournie par Yasser al-Turkmani]

Les véhicules de l'armée syrienne libre traversent la campagne de Daraa pour rejoindre les fronts avec le régime syrien. [Photo fournie par Yasser al-Turkmani]

Alors que le régime intensifiait son assaut, au moins 45 000 civils ont fui la région, l'alliance extrémiste Tahrir al-Sham a lancé un appel à toutes les factions pour qu'elles rejoignent la bataille et repoussent l'assaut du régime, a indiqué un responsable local.

Dans une déclaration publiée en réponse à l'appel de Tahrir al-Sham, le groupe extrémiste Horras al-Din a affirmé sa volonté de coopérer avec quiconque souhaitait "remplir ce devoir" à Daraa, a déclaré l'officier de l'Armée syrienne libre (ASL) Yasser al-Turkmani.

Horras al-Din comprend des factions qui ont prêté allégeance à al-Qaïda, parmi lesquelles Sariyat Kaboul, Jound al-Sharia, Jaish al-Badiya, Jaish al-Sahel, Jound al-Malahim et Saraya al-Sahel, a-t-il dit à Diyaruna.

Le front d'Ansar al-Din, une alliance qui comprend les factions Sham al-Islam et Fajr al-Sham et souscrit à l'idéologie d'al-Qaïda, a également annoncé sa participation aux batailles, a-t-il déclaré.

La participation extrémiste n'est pas la bienvenue

Malgré l'intensité des frappes aériennes et des bombardements du régime, l'annonce de la participation de factions extrémistes à la bataille n'a pas reçu le soutien de la population locale ou des factions non-extrémistes de l'ASL, a déclaré al-Turkmani.

Loin d'aider l'opposition modérée, les annonces de Tahrir al-Sham et Horras al-Din "ont donné du crédit aux affirmations du régime selon lesquelles la bataille est dirigée contre des groupes extrémistes dans la région de Daraa", a-t-il dit.

"Cela a donné au régime un prétexte pour mener des opérations militaires brutales pendant son avancée, en particulier le bombardement aérien", a-t-il ajouté.

Al-Turkmani a souligné que les combats sur le terrain comportaient une série d'attaques et de retraites des factions de l'ASL et du régime, en particulier près de Busra al-Harir.

Le régime a annoncé qu'il était entré dans la zone de Busra al-Harir, tandis que l'ASL a déclaré qu'elle l'avait reprise dans une opération mardi matin.

Les factions de l'ASL ont indiqué avoir tué ou capturé un certain nombre de combattants alliés au régime et abattu un second avion militaire du régime, capturant le pilote après sa sortie.

Aimez-vous cet article?

15 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha