Terrorisme |
2018-06-19

Les habitants d'Idlib rejettent les actions de Tahrir al-Sham


Des narguilés confisqués par Tahrir al-Sham dans la ville d'al-Dana de la province d'Idlib sont entassés dans un camion. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]
Des narguilés confisqués par Tahrir al-Sham dans la ville d'al-Dana de la province d'Idlib sont entassés dans un camion. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]

De récentes mesures prises par Tahrir al-Sham à Idlib, province du nord de la Syrie que le groupe contrôle en majeure partie, ont provoqué le mépris des habitants, a rapporté à Diyaruna un militant de la région.

Les résidents méprisent l'alliance extrémiste, car elle confisque leurs narguilés dans la ville d'al-Dana et les garde intacts, sans les détruire, comme c'est généralement le cas avec les objets saisis pour « raisons religieuses ».

La raison pour laquelle les narguilés n'ont pas été détruits est que les éléments de Tahrir al-Sham chargés de les confisquer les revendent « à des prix exorbitants », a indiqué à Diyaruna le militant Haisam al-Idlibi.


Des éléments de Tahrir al-Sham ont pillé l'équipement informatique d'une salle de classe comme celle-ci à la faculté d'informatique d'al-Dana de l'université libre d'Alep. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]

Des éléments de Tahrir al-Sham ont pillé l'équipement informatique d'une salle de classe comme celle-ci à la faculté d'informatique d'al-Dana de l'université libre d'Alep. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]

Une patrouille de Tahrir al-Sham, accompagnée d'éléments de Sawaid al-Khair, la « police religieuse » du groupe, a attaqué des magasins qui vendent des narguilés dans la ville et ont confisqué leurs marchandises, a rapporté al-Idlibi.

Les habitants qui se sont rassemblés sur les lieux de l'attaque ont remarqué que les narguilés étaient enlevés avec soin, afin qu'ils ne soient pas brisés, provoquant une vague de dérision publique à cause de l'hypocrisie de cet acte.

« Il a ensuite été découvert que le membre de Tahrir al-Sham responsable de la patrouille revendait les marchandises confisquées à certains commerçants à des prix exorbitants, en échange de la garantie qu'ils ne seront pas dérangés par de futures patrouilles de l'alliance », a déclaré al-Idlibi.

Les vols sont courants

Dans un incident distinct, des éléments de Tahrir al-Sham ont pillé l'équipement de la faculté d'informatique de l'université libre d'Alep, qui est basée à al-Dana.

Des témoins oculaires ont déclaré que des éléments de Tahrir al-Sham ont chargé quinze ordinateurs et des outils électroniques dans un van de Tahrir al-Sham.

Les vols sont courants dans le nord de la Syrie, tout comme l'imposition de tributs et les enlèvements pour rançon, a noté al-Idlibi.

Ces crimes augmentent depuis que l'alliance a vu ses revenus décliner et les salaires de ses éléments chuter, a-t-il ajouté.

« Des panneaux solaires utilisés pour l'éclairage de la ville de Saraqeb ont été volés ouvertement par des éléments de Tahrir al-Sham sans que personne n'ose dire quoi que ce soit », a-t-il rapporté.

Les tensions sont également élevées à Saraqeb, a-t-il poursuivi, après que des éléments de l'alliance accompagnés de membres de Sawaid al-Khair et d'Hurras al-Din, affiliée à al-Qaïda, ont détruit des pierres tombales dans le cimetière de la ville pendant l'Aïd-el-Fitr, selon certains habitants.

Ce délit a été commis sous le prétexte que les pierres tombales ne respectaient pas la charia et devaient être détruites, a-t-il indiqué, tout comme l'a fait « l'Etat islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans certaines régions qui étaient sous son contrôle.

Les résidents ont tenté de les dissuader de faire cela, a indiqué al-Idlibi, mais ils ont été repoussés par des menaces d'incarcération et de flagellation.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha