Terrorisme |
2018-06-14

Les restes de l'EIIS luttent pour survivre dans le désert irakien


Les forces irakiennes capturent un militant qui se cache dans une maison de repos près de la ville de Bahraz, dans la province de Diyala. [Photo fournie par le ministère de la Défense irakien]
Les forces irakiennes capturent un militant qui se cache dans une maison de repos près de la ville de Bahraz, dans la province de Diyala. [Photo fournie par le ministère de la Défense irakien]

"Les restes de l'Etat islamique en Irak et en Syrie (EIIS) qui se cachent dans les zones désertiques isolées de l'Irak luttent pour survivre dans l'environnement hostile de la région, disent les dirigeants tribaux et les responsables locaux à Diyaruna.

Ils rencontrent des problèmes pour se procurer de la nourriture, de l'eau et des soins médicaux, car les habitants locaux rejettent leur présence dans les zones qu'ils ont autrefois terrorisées.

Dans la ville d'al-Hawija, dans l'ouest de Kirkouk, par exemple, des éléments du groupe de l'EIIS ont fait irruption dans des maisons et des magasins pour voler de la nourriture.


Un officier de police irakien inspecte du matériel appartenant à des militants qu'il a trouvé caché dans l'ouest de Kirkouk. [Photo fournie par le Commandement de la Police Fédérale]

Un officier de police irakien inspecte du matériel appartenant à des militants qu'il a trouvé caché dans l'ouest de Kirkouk. [Photo fournie par le Commandement de la Police Fédérale]

Les restes de l'EIIS qui se cachent dans le désert "vivent dans des conditions extrêmement dures", a déclaré le commandant des forces tribales d'al-Hawija, Sheikh Wasfi al-Asi.

"Ils n'ont rien à manger et ont faim", a-t-il dit à Diyaruna.

Les raids font face à une forte résistance

La plupart des raids de recherche de nourriture de l'EIIS se produisent sous la couverture de l'obscurité, a dit al-Assi, notant qu'ils ont "principalement rencontré une forte résistance des habitants".

Les restes de l'EIIS ont attaqué des villages reculés et obligé les habitants à remettre de la nourriture en menaçant de les tuer, a-t-il ajouté.

Ils ont également été connus pour "intercepter les voyageurs et les camions de ferme sur les routes principales et de terre, les privant de leurs biens", a-t-il ajouté.

Dans certains cas, des "complices et des individus malintentionnés" fournissent secrètement de la nourriture et des médicaments aux restes du groupe, a-t-il dit, soulignant que ces personnes pourraient être des proches des éléments de l'EIIS.

"Toute personne dont la preuve est établie sur le fait qu'elle apporte une forme quelconque de soutien à des groupes terroristes sera traitée comme un terroriste", a-t-il souligné, ajoutant que les forces de sécurité s'efforcent d'identifier des collaborateurs.

Mais ce sont des cas isolés, a indiqué Al-Asi, notant qu'il existe un haut niveau de coopération entre la population civile locale, les forces de sécurité et les tribus.

Les habitants locaux fournissent des informations vitales

"Les forces de sécurité traquent les éléments de l'EIIS et peuvent facilement identifier leurs cachettes, grâce aux informations fournies par les habitants", a déclaré al-Asi.

"Nous opérons selon des informations précises, et nous avons une large couverture des zones où les opérations de sécurité ont lieu, dans la mesure où les appels téléphoniques sont identifiés", a-t-il dit.

"Les embuscades et la répression conduisent à des arrestations quotidiennes", a-t-il ajouté, notant que des dizaines d'éléments de l'EIIS ont été capturés depuis le début du Ramadan.

Ceux-ci comprennent de hauts dirigeants tels que Abou Wahhab al-Iraqi le responsable des exécutions de l'EIIS, qui a été capturé avec quatre complices dans une opération de renseignement de haut niveau le 21 mai dans le district d'Al-Zab al-Hawija.

'En état de siège' dans le désert irakien

Les restes de l'EIIS sont confrontés à un "siège débilitant" dans le désert occidental de l'Irak, a déclaré à Diyaruna le chef de tribu de l'ouest de l'Anbar, Sheikh Qatari al-Samarmad.

"Nous avons des informations qui confirment qu'ils sont dans un état déplorable et souffrent de la faim et de maladies", a-t-il dit.

Les opérations militaires ciblant les restes de l'EIIS les ont forcés à rester dans leurs cachettes pendant plusieurs jours sans avoir accès à l'eau potable ni à la nourriture, a indiqué al-Samarmad.

"Quand ils ont la chance de partir, leur premier objectif est de chercher des bergers sans défense et de voler leurs moutons ou de prendre leur nourriture et leurs provisions", a-t-il ajouté.

"Le désert de l'Anbar est vaste, mais il n'est plus sûr pour les membres de l'EIIS", a-t-il ajouté, "leurs chances de survie diminuent chaque jour qui passe".

Pas de refuges à Ninive

De même, les restes de l'EIIS qui ont cherché refuge dans les déserts méridionaux et occidentaux de Ninive sont confrontés à des pénuries de nourriture et d'eau car ils ne peuvent approvisionner les zones peuplées, a déclaré Mahmoud Abdoul Rahman Tabour, président du conseil d'al-Qayyarah.

Cela devient une mission suicide pour eux s'ils s'aventurent trop près des centres de population de la province, a-t-il dit à Diyaruna.

"Il n'y a pas de refuge pour eux dans nos régions où ils peuvent trouver de la nourriture, et nous n'avons pas vu les cas où cela se produit", a-t-il dit, notant que les éléments de l'EIIS se battent pour survivre.

"Ils sont des fugitifs et assiégés dans des grottes et des cachettes, qui deviennent maintenant leurs tombes", a déclaré Tabour.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha