Sécurité |

2018-06-12

Les forces de sécurité de l'Anbar déjouent un attentat suicide de l'EIIS

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des commandants militaires en visite dans le district d'al-Shouhada à al-Baghdadi, où deux kamikazes de « l'État islamique en Irak et en Syrie » ont été abattus lundi 11 juin avant de pouvoir passer à l'acte. [Photo fournie par le service de presse du commandement de la 7e division]
Des commandants militaires en visite dans le district d'al-Shouhada à al-Baghdadi, où deux kamikazes de « l'État islamique en Irak et en Syrie » ont été abattus lundi 11 juin avant de pouvoir passer à l'acte. [Photo fournie par le service de presse du commandement de la 7e division]

Des forces de sécurité et des forces tribales irakiennes ont abattu lundi 11 juin deux kamikazes qui avaient réussi à s'infiltrer dans le district d'al-Baghdadi dans l'ouest de l'Anbar.

Ces deux kamikazes de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) étaient entrés dans le district central d'al-Baghdadi, al-Shouhada, a expliqué le colonel Jabbar Faraj al-Obeidi, commandant du 1er régiment des forces tribales d'al-Baghdadi.

Les renseignements avaient rapidement réussi à les repérer, a-t-il indiqué mardi à Diyaruna.


Les forces irakiennes ratissent l'île d'al-Baghdadi à la recherche de cellules de « l'État islamique en Irak et en Syrie » sur cette photo publiée en ligne le 20 juillet 2017. [Photo fournie par le service de presse du commandement de la 7e division]

Les forces irakiennes ratissent l'île d'al-Baghdadi à la recherche de cellules de « l'État islamique en Irak et en Syrie » sur cette photo publiée en ligne le 20 juillet 2017. [Photo fournie par le service de presse du commandement de la 7e division]

Les forces irakiennes et des combattants tribaux ont immédiatement attaqué leur repaire, a-t-il indiqué, les ont cernés et ont abattu ces deux hommes, qui s'apprêtaient à se faire exploser contre des cibles civiles et militaires.

« Nous sommes en alerte maximale pour parer toute tentative par des terroristes de menacer la sécurité de notre ville », a-t-il déclaré. « Nous ne nous appuyons pas seulement sur une campagne militaire, mais aussi sur un travail de renseignement. »

« L'ennemi n'agit plus ouvertement en contrôlant le territoire, où nous pourrions le combattre directement, mais il se terre et utilise des méthodes de lâche pour pénétrer nos défenses », a-t-il ajouté.

« Mais nous disposons désormais d'un mécanisme de renseignement solide et de forces bien entraînées pour répondre rapidement à toute situation d'urgence », a-t-il fait savoir. « Nous resterons sur le qui-vive et ferons échouer leurs plans. »

Forte présence sécuritaire

Al-Baghdadi est bien sécurisée par le commandement des opérations d'al-Jazeera, la 7e division de l'armée irakienne, la police de l'Anbar et les combattants des tribus, a expliqué al-Obeidi.

« Ces forces sont déployées partout dans la ville, qu'elles sécurisent totalement », a-t-il précisé.

« Elles mènent en permanence des opérations de recherche pour traquer les cellules de l'EIIS dans les zones proches de l'Euphrate, sur l'île d'al-Baghdadi et dans le désert qui s'étend jusqu'à la frontière occidentale de l'Irak », a-t-il poursuivi.

Ces recherches empêchent les éléments de l'EIIS de rester en place et de se réorganiser, a-t-il poursuivi, car ils sont en permanence traqués et ne sont pas en sécurité.

Selon les renseignements, il ne reste que très peu d'éléments de l'EIIS, qui se cachent dans le désert et les zones isolées, a indiqué al-Obeidi.

Ils n'ont plus la capacité de lancer des attaques de grande ampleur, a-t-il conclu, raison pour laquelle ils ont désormais recours aux opérations suicides.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha