http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/05/24/feature-03

Sécurité |

2018-05-24

Les renforts du régime syrien arrivent à Daraa

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Les combattants de l'opposition dans la province syrienne de Daraa affrontent Jaish Khalid bin al-Walid, un groupe qui a prêté allégeance à 'l'Etat islamique en Irak et en Syrie'. [Photo parue dans les médias sociaux]
Les combattants de l'opposition dans la province syrienne de Daraa affrontent Jaish Khalid bin al-Walid, un groupe qui a prêté allégeance à 'l'Etat islamique en Irak et en Syrie'. [Photo parue dans les médias sociaux]

Les tensions remontent dans la province de Daraa suite à des informations sur l'arrivée de renforts du régime syrien dans la région, ce qui signifie que de nouveaux fronts de bataille peuvent s'ouvrir, a affirmé un responsable local à Diyaruna.

Des affrontements féroces se déroulent bel et bien entre les forces de l'opposition et un groupe loyal à « l'Etat Islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), mettant les civils au milieu de feu croisé et suscitant les craintes de pertes si des combats plus violents éclatent.

Les combattants de l'opposition et les civils à Daraa sont inquiets à propos de développements potentiels, a indiqué Yasser al-Turkmani, un officier de l'Armée syrienne libre (ASL) affecté à Daraa.


Cette photo montre une zone sur la ligne séparatrice entre les forces du régime syrien et les factions de l'opposition dans la ville de Darra au sud-ouest. [Photo parue dans les médias sociaux]

Cette photo montre une zone sur la ligne séparatrice entre les forces du régime syrien et les factions de l'opposition dans la ville de Darra au sud-ouest. [Photo parue dans les médias sociaux]

Dans le sud de Daraa, les factions de l'ASL combattent Jaish Khalid bin al-Walid, un groupe qui a prêté allégeance à l'EIIS, a-t-il précisé à Diyaruna, notant que des informations circulent que des renforts de l'EIIS s'infiltrent dans la zone pour participer au combat.

Les factions de l'opposition essayent de débarrasser la zone de l'EIIS et ses alliés pour épargner la région les lourdes frappes ciblant les extrémistes, a affirmé al-Turkmani.

Pendant ce temps, poursuit-il, les forces du régime renforcent leur position en face des zones détenues par les factions de l'ASL à Daraa.

Lourd déploiement du régime

Des dizaines de véhicules et le personnel militaire ont été vus ces derniers jours, poursuit-il, accompagnés par le mouvement des factions appuyées par l'Iran, y compris les unités du Hezbollah et les groupes syriens nouvellement créés .

Les avions du régime jettent des dépliants appelant les civils et les combattants de l'opposition à rejoindre le « processus national de réconciliation », a dit al-Turkmani.

Les factions de l'opposition à Daraa ont rejeté jusqu'à présent toute proposition de résoudre la situation suivant le modèle des accords de réconciliation conclus dans les autres régions.

Cela a abouti à des cessez-le-feu, avec les combattants de l'opposition et leurs familles transportés de ces zones à la province de Idlib au nord de la Syrie

D'après al-Turkmani, le régime a violé l'accord de la désescalade arrangé par les parties internationales, et a bombardé un nombre de sites dans la ville de Daraa, qui est sous contrôle divisé des deux côtés.

Un nombre de personnes ont été blessées dans les bombardements, a-t-il ajouté, qui ont également causé de lourds dégâts matériels.

Tout affrontement entre l'opposition et le régime aurait des conséquences catastrophiques, a mis en garde al-Turkmani.

Ceci est dû au fait que leurs zones de contrôles se croisent considérablement, poursuit-il, et la zone est densément peuplé -- abritant environ 700,000 -- ce qui signifierait de lourdes pertes en cas de bombardement, affrontement et frappes aériennes associées.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha