Sécurité |
2018-05-24

L'Irak a éteint le dernier puits de pétrole enflammé par l'EIIS


Des pompiers irakiens luttent contre l'incendie d'un puits de pétrole allumé par « l'État islamique en Irak et en Syrie ». [Photo fournie par le ministère irakien du Pétrole]
Des pompiers irakiens luttent contre l'incendie d'un puits de pétrole allumé par « l'État islamique en Irak et en Syrie ». [Photo fournie par le ministère irakien du Pétrole]

Le ministère irakien du Pétrole a finalement réussi à éteindre le dernier des incendies de puits de pétrole allumés par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Cela représente une étape importante à la fois pour l'environnement et pour l'économie, car ces incendies ont entraîné de lourdes pertes matérielles et une dangereuse pollution environnementale, ont expliqué des responsables irakiens.

« Nous sommes parvenus à circonscrire le dernier incendie de puits de pétrole allumé par les terroristes », a déclaré à Diyaruna Assim Jihad, porte-parole du ministère. « Il s'agissait du puits numéro 42, qui fait partie du champ d'Ajil, dans la province de Salaheddine. »


Des techniciens irakiens procèdent à des réparations sur le champ pétrolier d'Ajil, vandalisé par « l'État islamique en Irak et en Syrie ». [Photo fournie par la North Oil Company]

Des techniciens irakiens procèdent à des réparations sur le champ pétrolier d'Ajil, vandalisé par « l'État islamique en Irak et en Syrie ». [Photo fournie par la North Oil Company]

« Des techniciens et des experts de la North Oil Company, de la Direction de la défense civile et d'autres agences importantes ont été chargés d'éteindre les incendies de ce puits et d'autres qui faisaient rage dans les puits du nord », a-t-il ajouté.

« Tous les efforts déployés pour éteindre ces incendies étaient purement irakiens, sans l'aide de compagnies étrangères », a-t-il souligné. « Nos responsables nationaux ont accompli des progrès remarquables, et ils possèdent désormais un savoir-faire suffisant pour faire face à de telles situations. »

La réhabilitation peut débuter

Ces incendies de champs de pétrole ont entraîné des milliards en pertes financières, a ajouté Jihad, lesquelles auraient continué à s'accumuler jusqu'à ce qu'ils soient contenus.

Compter sur les moyens nationaux a aidé le gouvernement irakien à économiser un argent qui sinon aurait été utilisé pour payer des entreprises étrangères pour faire le travail, a-t-il ajouté.

Maintenant que ces incendies sont éteints, les infrastructures pétrolières peuvent être réhabilitées et le pompage du brut des puits irakiens endommagés par l'EIIS peut reprendre, a-t-il expliqué, refermant ainsi ce chapitre de l'Histoire nationale.

Lorsque l'EIIS a été contraint de se retirer, il a incendié des champs de pétrole pour gêner la progression des forces irakiennes et empêcher les frappes aériennes grâce à l'épaisse fumée noire.

Ces agissements s'inscrivirent dans le cadre de la politique de terre brûlée du groupe.

Le ministère du Pétrole a commencé à éteindre ces incendies dès le début de 2016, et a réussi à contrôler des dizaines d'incendies de puits de pétrole dans les champs de pétrole du nord du pays, dont les plus importants sont al-Qayyara et Ajil.

Le ministère « s'efforce désormais de réhabiliter les puits endommagés, ainsi que l'ensemble des champs et des installations vandalisés par les activistes », a poursuivi Jihad.

Nouvelle phase de la reconstruction

L'expertise irakienne a montré sa très grande capacité pour l'extinction des incendies dans les champs pétroliers, a expliqué à Diyaruna Houmam al-Shamaa, spécialiste du pétrole.

« D'un point de vue technique, ces incendies sont extraordinaires, car il faut faire appel à une grande expertise et à des techniques avancées pour les maîtriser complètement », a-t-il indiqué, se félicitant du travail des équipes du ministère du Pétrole et des pompiers.

Ces équipes ont accompli des « progrès significatifs » avec le peu de moyens dont elles disposent, a-t-il expliqué, ce qui « laisse entrevoir la possibilité d'une nouvelle étape de reconstruction et de réhabilitation des infrastructures pétrolières détruites par les terroristes ».

Cela permettra à son tour le développement de la production de pétrole.

« Venir à bout des incendies dans les champs de pétrole a mis un terme à cet important problème, ainsi qu'à ses ramifications économiques et environnementales », a déclaré Sadiq al-Bahadli, professeur de finance et d'économie bancaire à l'université al-Mustansiriya de Bagdad.

En mettant le feu aux champs de pétrole, l'EIIS avait tenté de détruire l'économie irakienne, fortement dépendante des revenus du pétrole pour son budget, a-t-il expliqué à Diyaruna.

Les éteindre « témoigne de notre capacité à surmonter tous les défis et à venir à bout du fléau de la guerre », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

2 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha