Ramadan |
2018-05-17

Tahrir al-Sham impose de nouveaux impôts à Idlib


Des boulangers font leur pain dans une boulangerie d'Idlib, où Tahrir al-Sham essaie de s'emparer de ces commerces pour gagner des revenus supplémentaires. [Photo fournie par Moussab Assaf]
Des boulangers font leur pain dans une boulangerie d'Idlib, où Tahrir al-Sham essaie de s'emparer de ces commerces pour gagner des revenus supplémentaires. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Tahrir al-Sham a commencé à imposer de nouvelles taxes aux habitants des régions du nord de la Syrie qu'il administre par l'entremise de son soi-disant Gouvernement de salut national, plus spécifiquement dans la province d'Idlib, la province rurale de Hama, et la campagne d'Alep, a expliqué un militant local.

Ces derniers mois, l'alliance extrémiste a cherché à remplacer le gouvernement intérimaire syrien par son propre gouvernement en envahissant ses bureaux, en arrêtant son personnel et en leur ordonnant de quitter les lieux, et en accaparant ses revenus.

En plus d'imposer de nouvelles taxes aux habitants, Tahrir al-Sham tente maintenant de mettre la main sur les conseils locaux et d'autres institutions qui administrent leur vie quotidienne.


Le conseil local de Maarat al-Numan, qui occupait ce bâtiment, a été dissout par Tahrir al-Sham. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Le conseil local de Maarat al-Numan, qui occupait ce bâtiment, a été dissout par Tahrir al-Sham. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Mercredi 16 mai, Tahrir al-Sham a fait passer une directive aux conseils locaux des provinces d'Idlib, de Homs et de Hama, émise par le ministère de l'Administration et des Services locaux, a indiqué le militant Moussab Assaf à Diyaruna.

Cette directive ordonne aux salariés du producteur d'électricité de collecter des taxes d'assainissement, de dénoncer les fraudeurs et de leur couper l'électricité, précisant de plus que les propriétaires de générateurs devaient verser les taxes impayées.

Des équipes du ministère collectent ensuite les taxes payées auprès des propriétaires de générateurs lorsque ceux-ci s'acquittent du paiement de leurs propres taxes, a ajouté Assaf.

Accroître la charge sur les habitants

Cette mesure a entraîné un regain de tension dans la région, a poursuivi Assaf, soulignant que cette directive coïncidait avec le début du ramadan.

Elle ne fera qu'accroître la charge sur les habitants de la région, déjà confrontés à une crise économique et à un chômage généralisé, a-t-il ajouté.

De plus, a-t-il expliqué, les services d'assainissement ne sont plus assurés. Les habitants doivent compter sur eux-mêmes pour le ramassage des ordures, en coopération avec les conseils locaux.

Les tensions s'exacerbent dans la région d'Idlib entre Tahrir al-Sham et les conseils locaux, qui refusent de coopérer ou de travailler avec le Gouvernement de salut national.

Par ailleurs, Tahrir al-Sham tente d'imposer son autorité par la force afin d'augmenter ses revenus, a indiqué Assaf.

Dans la bourgade de Darat Azza, une patrouille de Tahrir al-Sham a immobilisé deux véhicules du conseil local après que ce dernier eut refusé de remettre la boulangerie locale à l'alliance, car elle distribue le pain gratuitement aux habitants, a-t-il expliqué.

Les habitants de Maarat al-Numan affrontent régulièrement les patrouilles de Tahrir al-Sham depuis que le groupe a dissout le conseil local et en a nommé un nouveau qui lui est affilié.

Les habitants de la bourgade ont refusé d'organiser les élections du conseil local ou de nommer de nouveaux membres de ce conseil, et insistent pour travailler uniquement avec le conseil local qu'ils avaient élu.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha