http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/04/16/feature-04

Terrorisme |

2018-04-16

Une série de frappes aériennes sème « le trouble » dans les rangs de l'EIIS en l'Afghanistan

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Suite à l'intensification des opérations menées par les forces afghanes et celles de la coalition contre l'EIIS dans la province de Jawzjan, quatre membres du groupe terroriste ont rejoint le processus de paix. [Souleiman/OTAN]

Les membres de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) sont en difficulté à la suite à une répression intense contre le groupe terroriste dans la province de Jawzjan, rapportent des représentants du ministère de la Défense et des responsables de la province.

Une mort certaine attend les combattants de l'EIIS, en raison des opérations aériennes et terrestres.

« Pendant toute l'année solaire écoulée [commençant le 21 mars 2017] en Afghanistan, 1 964 membres de l'EIIS ont été tués, et 29 autres ont été arrêtés », a déclaré le général Mohammad Radmanesh, porte-parole du ministère de la Défense.


Des activistes de l'EIIS participent au processus de paix afghan le 1er avril au quartier général de la police provinciale de Jawzjan. [Souleiman]

Des activistes de l'EIIS participent au processus de paix afghan le 1er avril au quartier général de la police provinciale de Jawzjan. [Souleiman]

« En coopération avec le soutien aérien des forces de la mission Resolute Support, nous avons pu réduire les déplacements de l'EIIS à Jawzjan », a-t-il indiqué à Salaam Times.

« La voix de l'EIIS diminue et se meurt en Afghanistan », a-t-il affirmé. « La vérité [...] est que les États-Unis et l'Afghanistan luttent ensemble contre l'EIIS. Nous avons été capables [d'infliger de lourdes pertes] à ce groupe. »

Les forces afghanes et américaines acculent l'EIIS

« L'intensification des frappes aériennes par les forces afghanes et la mission Resolute Support dans la province de Jawzjan a été efficace et a réduit la menace de l'EIIS », a déclaré Mohammad Reza Ghafoori, porte-parole du gouverneur de Jawzjan, au Salaam Times.

« L'augmentation des frappes aériennes et le ciblage des bases et des activistes de l'EIIS à Darzab ont fait près de cinquante victimes parmi les activistes de l'EIIS en deux mois, plongeant les membres du groupe dans de grandes difficultés, a-t-il précisé.

« Les forces de sécurité ont prévu une opération terrestre majeure », a-t-il rapporté. « L'opération Nusrat, qui visera l'EIIS au printemps, va bientôt commencer. »

Le 26 mars, des forces afghanes et américaines ont effectué leur première opération conjointe de nuit contre l'EIIS dans la province de Jawzjan, selon la mission Resolute Support de l'OTAN.

Les forces spéciales afghanes, en coopération [...] avec les forces américaines du district de Darzab, ont mené une opération de nuit, détruisant une base de l'EIIS et éliminant un commandant de l'EIIS », a fait savoir Radmanesh.

Depuis, des frappes aériennes frappent continuellement les chefs et les soldats de l'EIIS.

« Trois membres ouzbeks de [l'EIIS] [...] et le directeur financier de l'EIIS ont été tués par les frappes aériennes de la mission Resolute Support dans la nuit du 28 visant des bastions du groupe dans le village de Qezel Qush, dans le district de Darzab », a indiqué à Salaam Times Mohammad Hanif Rezayi, porte-parole du 209e Corps Shaheen.

« De plus, l'un de ses bastions contenant une grande cache de munitions a été détruit », a-t-il ajouté.

Lors d'une autre opération menée le 1er avril à Jawzjan, deux militants de l'EIIS ont été tués et sept autres blessés dans un combat acharné avec les forces de sécurité, a déclaré Rezayi.

Lundi 9 avril, les forces de la coalition ont confirmé la mort de Qari Hikmatullah, haut commandant de l'EIIS, lors d'une frappe aérienne dans la province de Faryab, près de la frontière avec Jawzjan.

Ces frappes ciblées ont fracturé le groupe terroriste, dressant les factions rivales les unes contre les autres alors qu'elles tentent de combler les positions de commandement vacantes, selon des responsables afghans locaux.

Abandonnés, des militants de l'EIIS se rendent

« Nous étions inquiets de l'expansion des activités de l'EIIS à Jawzjan, notamment dans les districts de Qush Tepa et Darzab », a confié Ainuddin, un habitant du district de Qush Tepa âgé de 36 ans. « Mais nos inquiétudes ont été apaisées pour le moment, car les opérations aériennes ont empêché la propagation des activités [de l'EIIS]. »

« L'EIIS n'est absolument pas acceptable pour les habitants des districts de Qush Tepa et Darzab », a-t-il affirmé au Salaam Times. « Récemment, les habitants du district ont tenu tête à plusieurs militants de l'EIIS venus à Qush Tepa, et ils ont été obligés de partir. »

Les mouvements publics contre l'EIIS sont de plus en plus nombreux avec l'augmentation des frappes aériennes, a déclaré Ghafoori, qui a confirmé le fait que des habitants ont expulsé des combattants de l'EIIS du district de Qush Tepa.

Confrontés à un manque de soutien populaire et à l'intensification des opérations de sécurité, certains militants de l'EIIS préfèrent déposer les armes.

« Nematullah, aussi appelé Abou Darda, habitant du district de Darzab et gardien d'une prison de l'EIIS, a rejoint le processus de paix avec trois de ses collègues », a rapporté Abdoul Hafiz Khashi, chef de l'unité de renseignements du quartier général de la police de Jawzjan.

Ces anciens activistes se sont rendus le 31 mars dans le district de Darzab et ont officiellement intégré le processus de paix le 1er avril.

« Lorsqu'ils ont réalisé la légitimité du gouvernement, et face au renforcement des attaques contre les bastions de l'EIIS, ces quatre anciens activistes de l'EIIS ont quitté le champ de bataille et ont rejoint le processus de paix », a expliqué Khashi à Salaam Times.

« J'ai travaillé pendant un an pour ce groupe en tant que gardien d'une prison de l'EIIS », a rapporté Nematullah. « J'ai vu les meurtres, les pillages, la torture et tous les genres d'oppression que le groupe a commis.

« C'est pour cela que j'ai rejoint le processus de paix », a-t-il affirmé au Salaam Times.

« Les activistes de l'EIIS ont détruit des tombes, ont volé de la nourriture aux habitants de Darzab et ont perpétré des meurtres dans les zones sous leur contrôle , a-t-il précisé.

« Ils ont prétendu être des musulmans, mais leurs actions étaient anti-islamiques », a conclu Mohammad, un autre ancien militant de l'EIIS ayant intégré le processus de paix.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha