http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/04/13/feature-02

Sécurité |

2018-04-13

La campagne de déminage avance à Mossoul

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des policiers irakiens travaillent pour désamorcer un engin explosif improvisé dissimulé par « l'État islamique en Irak et en Syrie » à al-Qayyarah, au sud de Mossoul. [Photo fournie par le commandement de la police de Ninive]
Des policiers irakiens travaillent pour désamorcer un engin explosif improvisé dissimulé par « l'État islamique en Irak et en Syrie » à al-Qayyarah, au sud de Mossoul. [Photo fournie par le commandement de la police de Ninive]

Le gouvernement irakien a à ce jour retiré près de 30 000 mines et engins explosifs improvisés (EEI) abandonnés par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), et les efforts visant à nettoyer la ville et la province se poursuivent.

Les efforts du gouvernement ont presque entièrement éliminé le risque pour les habitants, mais de vastes zones de la partie ouest de la ville sont encore infestées d'explosifs, ont expliqué des responsables irakiens.

L'EIIS avait au départ posé ces mines pour empêcher les forces irakiennes de parvenir jusqu'aux zones qu'il contrôlait, et ensuite lorsqu'il s'est retiré de ces zones pour infliger des dommages aux forces de libération et empêcher le retour des habitants.


Des enfants d'une école primaire de l'est de Mossoul brandissent des affiches destinées à les mettre en garde contre le danger que représentent les engins explosifs improvisés abandonnés par « l'État islamique en Irak et en Syrie ». [Photo fournie par la Direction du déminage]

Des enfants d'une école primaire de l'est de Mossoul brandissent des affiches destinées à les mettre en garde contre le danger que représentent les engins explosifs improvisés abandonnés par « l'État islamique en Irak et en Syrie ». [Photo fournie par la Direction du déminage]

« Ils ont laissé des explosifs partout »

Le nombre de mines abandonnées par l'EIIS à Mossoul « dépasse l'imagination », a indiqué à Diyaruna Khalaf al-Hadidi, membre du conseil provincial de Ninive.

« Ils ont laissé des explosifs partout, des poteaux électriques aux meubles dans les maisons, et même dans les jouets des enfants », a-t-il poursuivi.

« Le gouvernement fait tout son possible pour lutter contre cette menace », a-t-il indiqué, soulignant que les équipes de déminage et les habitants qui reviennent ont eu à déplorer des pertes.

Le problème doit être abordé de manière plus agressive, a-t-il ajouté, « en mobilisant tous les efforts et en lançant une campagne de déminage de grande ampleur », avec l'aide des partenaires internationaux de l'Irak.

Cette campagne devrait comporter la fourniture d'équipements plus sophistiqués pour détecter et désamorcer les explosifs, a-t-il indiqué, ainsi qu'une formation, afin de pouvoir déployer plus d'équipes de déminage.

Les équipes avancent rapidement

L'élimination des EEI à Mossoul avance rapidement, a indiqué Mouammar Salahouddin Abdoul-Salam, directeur de la Direction régionale nord du déminage au ministère de la Santé et de l'Environnement.

« Nous travaillons en étroite coordination avec des membres de l'unité de déminage de la police, une unité du génie militaire, le service de déminage des Nations unies et plusieurs organisations locales et internationales », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Ces efforts conjoints ont jusqu'à présent permis de retirer 27 000 mines et EEI de toutes les parties de Mossoul, a-t-il poursuivi, « mais la taille de la zone contaminée dans la province de Ninive (près de 115 km²) reste énorme ».

« Il est très difficile d'évaluer le nombre d'EEI et de mines restants, parce que nombre d'entre eux, en particulier dans l'ouest de Mossoul, sont enfouis sous les décombres des bâtiments détruits », a-t-il expliqué.

Les équipes rencontrent quotidiennement différents types d'explosifs, a-t-il poursuivi, dont certains sont relativement simples, tandis que d'autres sont d'une conception plus élaborée.

En plus d'être dissimulés, de nombreux EEI déposés par l'EIIS ont été installés en réseaux connectés, que les équipes de déminage appellent des « pièges mortels », a-t-il expliqué.

« Les éléments de l'EIIS ont souvent rempli ces EEI de matières hautement explosives, comme du C-4, ou de roulements à billes, de clous, voire de produits chimiques », a-t-il ajouté.

Plan d'action de déminage

« Déclarer Mossoul et toutes les zones libérées exemptes d'explosifs est un objectif stratégique », a déclaré Issa al-Fayyad, directeur de la Direction nationale du déminage.

« Nous travaillons au mieux de nos capacités pour répondre à ce sérieux défi, qui a un impact direct sur la vie des gens », a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Nous avons mis sur pied un plan d'action ambitieux, avec la participation d'acteurs locaux et internationaux, qui s'étend jusqu'en 2021 », a-t-il ajouté.

Ce plan s'attache à « renforcer et développer nos capacités dans le domaine du retrait des EEI, des mines et des munitions non explosées, et à sensibiliser le public aux dangers qu'ils représentent », a conclu al-Fayyad.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha