Droits de l'Homme |
2018-03-13

Prochaine évacuation des blessés et des malades de la Ghouta orientale


Les bâtiments de l'enclave de l'opposition de la Ghouta orientale près de Damas ont été lourdement endommagés par les bombardements continus et les frappes aériennes du régime syrien. [Photo fournie par le Centre de presse de la Ghouta]
Les bâtiments de l'enclave de l'opposition de la Ghouta orientale près de Damas ont été lourdement endommagés par les bombardements continus et les frappes aériennes du régime syrien. [Photo fournie par le Centre de presse de la Ghouta]

Un nouvel accord a été annoncé dans l'enclave de l'opposition de la Ghouta orientale près de Damas, qui permettra l'évacuation des blessés et des malades, a rapporté un militant.

Entretemps, les forces du régime syrien ont réussi à diviser la zone en trois secteurs, ce qui a accru la pression sur les civils qui souffrent déjà sous le siège qui leur est imposé depuis plus de trois ans.

Jaish al-Islam, qui contrôle la ville de Douma, a annoncé lundi 12 mars avoir conclu un accord avec les forces du régime par le biais des Nations unies pour permettre l'évacuation des blessés et des malades, a fait savoir le militant Ahmed al-Beik à Diyaruna.


Des enfants syriens passent devant un bâtiment éventré par les frappes aériennes du régime dans l'enclave de l'opposition de la Ghouta orientale. [Photo fournie par le Centre de presse de la Ghouta]

Des enfants syriens passent devant un bâtiment éventré par les frappes aériennes du régime dans l'enclave de l'opposition de la Ghouta orientale. [Photo fournie par le Centre de presse de la Ghouta]

Les Nations unies ont indiqué que plus de mille personnes, parmi lesquelles environ quatre-vingts cas prioritaires, doivent urgemment être évacuées de la Ghouta orientale, a rapporté l'AFP.

Selon cet accord, les personnes ayant un besoin urgent de médicaments et de traitement seront évacuées de la zone vers deux directions, a déclaré al-Beik à Diyaruna.

« Un groupe constitué principalement de civils ira vers les hôpitaux de Damas et des zones contrôlées par le régime, et un second groupe, pour l'essentiel des combattants blessés, sera transporté vers la région d'Idlib », a-t-il détaillé.

« Cette évacuation est devenue impérative en raison de la rareté des fournitures médicales, et car la plupart des hôpitaux et des postes médicaux ont été mis hors service après avoir subi de lourds dégâts lors des frappes aériennes et des bombardements », a-t-il ajouté.

Mardi, des ambulances du Croissant-Rouge étaient en attente, alors que le Croissant-Rouge se préparait à évacuer des personnes, a rapporté l'AFP, et le coordinateur humanitaire des Nations unies en Syrie, Ali al-Zaatari, était sur place.

« Un groupe de cas médicaux critiques sera évacué avec ceux qui les accompagneront à travers le poste de contrôle d'al-Wafideen » vers le territoire tenu par le régime, a déclaré Yasser Delwan, directeur du bureau politique de Jaish al-Islam.

Une source militaire au poste de contrôle a confirmé « une évacuation aujourd'hui de blessés et de cas médicaux graves avec plusieurs civils ».

Mais « aucun combattant ne partira aujourd'hui », a-t-il ajouté sans donner plus de détails.

La Ghouta orientale est divisée

Ces derniers jours, les forces du régime ont réussi à diviser la Ghouta orientale en trois secteurs distincts, le plus important étant Douma et ses environs, a indiqué al-Beik à Diyaruna.

Les forces du régime ont complètement encerclé les trois zones, a-t-il ajouté, tout en poursuivant les tirs d'artillerie, les tirs de snipers et les frappes aériennes contre elles.

« Ce nouveau siège a fortement aggravé les souffrances des habitants de l'enclave, principalement parce qu'il a fermé toutes les routes par lesquelles il était auparavant possible de faire passer en contrebande de la nourriture et des fournitures médicales essentiels », a-t-il fait remarquer.

Seules restent un peu d'aide humanitaire apportée récemment et quelques récoltes, la plupart ayant été consommées, a-t-il indiqué.

Les bombardements les plus lourds ont touché les villes d'Harasta et d'Erbin, qui sont sous le contrôle de Tahrir al-Sham et semblent être les prochaines villes dans lesquelles les forces du régime veulent entrer et dont elles veulent prendre le contrôle, a-t-il ajouté.

On a assisté à une immense vague de déplacements en provenance d'Harasta et d'Erbin et des zones environnantes vers la partie sud de l'enclave, qui est contrôlée par Failaq al-Rahman, a conclu al-Beik.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha